Plein écran
Lore, 8 ans, et Lucas, 6 ans, ont été tués par leur père et retrouvés morts à bord du nouveau véhicule de celui-ci à Knokke dimanche. Nul ne sait pourquoi l'homme de 37 ans a commis un tel geste avant de se suicider. © DR

Infanticide et suicide à Knokke: “Le papa de Lore et Lucas était leur meilleur ami”

La famille et les proches de Lore, 8 ans, et de Lucas, 6 ans, sont sous le choc après l’infanticide et le suicide commis par leur père Tom Stoop, 37 ans. “Un père formidable qui faisait tout pour ses deux enfants et pourtant, il a bien tué Lore et Lucas. Nous ne parvenons pas à comprendre. Pourquoi? Mais pourquoi? Leur père était leur meilleur ami. Personne n’a vu cela venir, vraiment personne”, réagit la famille dans Het Laatste Nieuws.

Dans l’entourage de Lore, Lucas et leur père, on survit désormais dans l’attente insupportable des résultats de l’autopsie des jeunes victimes. Nul ne sait actuellement comment Tom Stoop a ôté la vie à ses enfants, retrouvés morts dans une voiture, avant de sauter d’une grue à Knokke dimanche. “Savoir ce qui s’est passé, pour leur maman Ann, c’est extrêmement important”, explique le frère de celle-ci, Steven Van de Putte.  “Ann espère avant tout entendre que ses enfants n’ont pas souffert. Elle sait aussi que cela ne les lui ramènera pas, mais cela la hante en permanence, l’idée qu’ils aient souffert avant de partir”. De l’enquête, rien n’a filtré ou presque. On ne sait pas non plus si l’homme a tué ses enfants au domicile familial, sur la route ou à Knokke. 

“On redoute que Lore ait compris ce que son père allait faire”

Steven Van de Putte relate également à nos collègues d’Het Laatste Nieuws avoir rendu visite à ses neveux et nièces avec leur mère à la morgue. Selon l’oncle des enfants, la mère n’a pas pu approcher et a été priée de se tenir à distance des corps. “Elle ne pouvait pas toucher Lore et Lucas. Parce que l’autopsie devait encore avoir lieu”, dit-il avec des sanglots dans la voix avant de préciser péniblement que les deux “lits” des enfants avaient été placés en forme de V. “C’était un peu comme s’ils dormaient. Cela semblait si irréel”, commente-t-il. Selon Steven Van de Putte, leurs visages d’enfants ne traduisaient en rien ce que leur père leur avait fait. 

Pourtant, et il reconnaît que ses paroles peuvent sembler étranges: “Nous craignons malgré tout que Lore ait pressenti que son père allait la tuer”. Lore était une petite fille utrasensible, explique son oncle. Quand quelque chose n’allait pas, cela se voyait immédiatement sur son visage. “C’est ce qu’on a perçu en allant la voir, cette mimique sur sa bouche qui traduisait de la déception chez Lore. Je le comprends aussi. Tom a toujours été un père extraordinaire pour tous les deux. En fait, leur papa était leur meilleur ami”. 

“S’ils voulaient un château gonflable, il apparaissait dans le jardin trois heures plus tard!”

La dernière fois que Steven Van de Putte a vu ses neveux et nièces, c’était la semaine dernière chez eux à Beveren. Ils jouaient dans l’entrepôt où leurs parents vendaient de l’huile de moteur et des vêtements de travail. “Les enfants étaient en forme. Lucas préparait des cônes, un ballon de foot etc. Lore l’aidait. Ils allaient jouer au football à deux, ils étaient une bonne équipe (il sourit). Lore et Lucas s’entendaient bien. De vrais frère et soeur ensemble”. Selon leur oncle, les deux enfants aimaient se taquiner constamment. Il décrit des enfants sociables, de nature joviale. “Ils couraient toujours dans le commerce de leurs parents, très polis et volontaires. Lore aimait papoter. Elle racontait des livres entiers! Lucas était un petit garçon agréable, toujours de bonne humeur. Une canaille”. 

Quant à leur père, malgré l’horreur de son geste, son beau-frère ne parvient pas à dire quelque chose de négatif en particulier. Rien chez le trentenaire ne lui avait jamais paru suspect. “Ma soeur et Tom travaillaient ensemble dans leur affaire commune. Cela créait de temps à autre l’une ou l’autre tension, mais c’est bien normal. Dans quel couple est-ce tout sucre tout miel? Nulle part. Je n’ai jamais rien remarqué de spécial. Leur maison était à mes yeux un lieu sûr pour Lore et Lucas. Jamais de ma vie (il porte la main sur le coeur) je n’aurais imaginé que Tom puisse faire quoi que ce soit à ses enfants. Bien au contraire! Si les enfants faisaient une moue boudeuse parce qu’ils avaient envie de sauter dans un château gonflable, le château apparaissait dans leur jardin trois heures plus tard!”

“On a dit à ma soeur que son entrée avait été forcée. En fait, la police croyait y trouver son corps”

Dimanche matin, jour du drame, Ann était allée rendre visite à ses parents. Les enfants étaient restés avec Tom Stoop à la maison. Du moins, c’est ce qu’elle pensait. “Tout à coup, ma soeur a eu un appel disant que quelqu’un avait forcé l’entrée de sa maison. En fait, c’était la police. Ils avaient retrouvé Tom et les enfants morts à Knokke. Les policiers pensaient que Tom avait tué Ann également et que son corps se trouvait sans doute à la maison. Quant à savoir pourquoi l’homme de 37 ans s’est rendu avec eux jusqu’à Knokke et a sauté d’une grue en laissant ses enfants morts dans la voiture, c’est un mystère pour la famille. “Nous ne voyons aucun lien entre lui et cet endroit”, s’interroge encore l’oncle des enfants.

Ce dernier explique que sa soeur est brisée. Elle est actuellement encadrée par des psychologues, sa famille et ses amis. “Naturellement, elle est en colère contre Tom car il a tué ses enfants. Elle est également déçue d’elle-même, car elle n’a rien anticipé. Mais Tom n’a jamais eu de paroles étranges à ce sujet. Il n’a jamais proféré une menace. Nous ne savions absolument pas qu’il est fatigué de vivre. Il avait acheté, à peine une semaine plus tôt, la grosse Mercedes dans laquelle les enfants ont été découverts à Knokke. Qui achète une voiture flambant neuve et aussi chère alors qu’il échafaude un plan pareil?”

“S’il avait une raison d’aller mal, pourquoi ne pas tout simplement se battre?”

La date des funérailles des enfants dépendra de la justice. Mais enterrer les enfants avec leur père ne semble pas à l’ordre du jour. “Nous ne comprenons déjà pas que Tom se soit suicidé. Mais qu’il ait aussi décidé d’emmener les enfants avec lui, c’en est trop. Pourquoi a-t-il fait cela? Et s’il avait une raiosn d’aller mal, pourquoi ne s’est-il pas tout simplement battu plutôt que de faire une chose pareille?” Le parquet de Bruges se refuse toujours à tout commentaire sur l’affaire.