JD Sports : le parquet de Liège a ouvert un dossier pour incitation à la haine

Unia et le parquet de Liège ont ouvert chacun un dossier pour les propos racistes tenus par la manager du magasin de la chaîne JD Sports situé dans la Médiacité. À la suite de la diffusion de l'incident sur les réseaux sociaux, le second magasin liégeois, situé place Saint-Lambert, a été victime de pillages. Tout comme celui de la rue Neuve à Bruxelles.

Plein écran
Le magasin du centre-ville liégeois a été pillé mardi. © Google Maps

“La brigade judiciaire a indiqué avoir rédigé un PV pour incitation à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'un groupe ou d'une communauté, à charge de la gérante de JD Sports", indique le porte-parole de la police de Liège. Le parquet de Liège a, de son côté, ouvert un dossier et prend cette affaire "très au sérieux", a indiqué Catherine Collignon, la magistrate presse.

Unia, qui s’occupe des questions d’égalité et de non-discrimination, a rapidement réagi. Le service public interfédéral indique avoir reçu plusieurs signalements. Toutefois, aucun de ceux-ci ne provient d'une personne directement visée par les propos de l’ancienne manager. Car, rappelons-le, l’enseigne JD Sports a annoncé, jeudi soir dans un post sur Facebook, que celle-ci avait quitté l’entreprise. En ne précisant toutefois pas s’il s’agissait d’un licenciement ou d’une démission.

Un dossier a été ouvert et transmis à un expert. "Dans ce type de situation, nous prenons contact avec l'entreprise afin d'obtenir la version de chaque partie. Ensuite, nous nous assurons que le dommage causé soit réparé et que des dispositions soient prises afin qu'une telle situation ne se reproduise plus. C'est seulement si le dialogue n'aboutit pas que l'on se tourne vers la justice. Et à ce moment, les peines encourues peuvent aller jusqu'à 3 ans de prison”, indique la porte-parole d’Unia.

Des représailles jusqu’à Bruxelles

Mardi, peu avant la fermeture des magasins, des jeunes ont pillé le JD Sports situé place Saint-Lambert, à Liège. "Certains employés ont tenté de s'interposer, mais personne n'a été blessé. Aucun dégât n'est à constater, seules quelques étagères ont été bousculées", précie le porte-parole de la zone de police de Liège. Une situation qui a également été constatée dans le magasin de la rue Neuve, à Bruxelles. La zone de police Bruxelles-Capitale-Ixelles a confirmé l'information et a indiqué qu’un PV avait été établi. Une enquête a été ouverte auprès du parquet.

Pour endiguer le phénomène et éviter que des événements du genre ne se reproduisent, la police de Liège a mis sur pied des patrouilles en civil et en uniforme. La chaîne de vêtements de sport a également renforcé son gardiennage privé. 

  1. Un sursis pourrait être accordé à un entraîneur d'athlétis­me auteur d'attouche­ments

    Le parquet a confirmé vendredi devant le tribunal correctionnel de Liège son réquisitoire portant sur une peine d'un an de prison contre un Visétois âgé de 68 ans poursuivi pour des faits d'attentat à la pudeur commis sur une jeune fille mineure d'âge. Le prévenu, un entraîneur d'athlétisme qui avait posé des caresses intimes lors de séances d'entraînements, pourrait bénéficier d'un sursis probatoire.
  2. La photo de l’arrestation des “amants diaboliques”, 23 ans après les faits

    La photo de l’arrestation des “amants diaboli­ques”, 23 ans après les faits

    Nous vous l’annoncions hier, les “amants diaboliques” Hilde Van Acker et Jean-Claude Lacote ont été arrêtés en Côte d’Ivoire après 23 ans de cavale. Le couple était recherché depuis 1996 dans le cadre d’une exécution commise au Coq et figurait depuis 2016 sur la liste des suspects les plus recherchés. Une photo policière montre l’ancien couple juste après son arrestation: “Nous attendions ce moment depuis 23 ans”, réagit Martin Van Steenbrugge, commissaire à la police fédérale et à la tête de la Fugitive Active Search Team (FAST).