Plein écran
Jérémy Pierson lors de son procès en février 2018. © belga

Jérémy Pierson condamné à plus de 250.000 euros de dommages civils aux victimes

L‘assassin de Béatrice Berlaimont, Jérémy Pierson, a été condamné à verser plus de 250.000 euros aux victimes dans le volet civil de son procès d’assises, rapporte jeudi Sudpresse. Selon son avocat, contacté par l’agence Belga, l’arrêt civil a été rendu la veille.

Jérémy Pierson avait enlevé la jeune Béatrice Berlaimont, 14 ans, sur le chemin de l’école à Arlon le 21 novembre 2014. L’adolescente avait été séquestrée et violée. Son corps avait été retrouvé dans un bois le 1er décembre 2014. Le 4 décembre 2014, Jérémy Pierson avait aussi agressé sexuellement et séquestré une jeune automobiliste, Sauvane Watelet, en périphérie d’Arlon. Elle avait réussi à s’échapper. 

Ces faits avaient été jugés lors du procès tenu en janvier et février 2018 devant la cour d’assises du Luxembourg. Jérémy Pierson avait écopé de la réclusion à perpétuité et d’une mise à disposition du tribunal de l’application des peines pour une durée de 15 ans. 

Selon Sudpresse, les parents de Béatrice Berlaimont obtiennent chacun 75.000 euros et leur conjoint respectif 15.000 euros. Les oncles et les tantes obtiennent 10.000 euros, et la sœur cadette de l’adolescente 25.000 euros. Le dommage retenu pour l’automobiliste est de 25.000 euros et de 10.000 euros pour sa mère. Jérémy Pierson est cependant insolvable et les victimes devraient être amenées à se tourner vers le fonds d’aides aux victimes si elle souhaitent être indemnisées.

  1. La photo de l’arrestation des “amants diaboliques”, 23 ans après les faits

    La photo de l’arrestation des “amants diaboli­ques”, 23 ans après les faits

    Nous vous l’annoncions hier, les “amants diaboliques” Hilde Van Acker et Jean-Claude Lacote ont été arrêtés en Côte d’Ivoire après 23 ans de cavale. Le couple était recherché depuis 1996 dans le cadre d’une exécution commise au Coq et figurait depuis 2016 sur la liste des suspects les plus recherchés. Une photo policière montre l’ancien couple juste après son arrestation: “Nous attendions ce moment depuis 23 ans”, réagit Martin Van Steenbrugge, commissaire à la police fédérale et à la tête de la Fugitive Active Search Team (FAST).
  1. “Je n’ai vu aucune émotion chez Steve Bakelmans” lors de la reconstitution du meurtre de Julie Van Espen

    “Je n’ai vu aucune émotion chez Steve Bakelmans” lors de la reconstitu­ti­on du meurtre de Julie Van Espen

    Steve Bakelmans, le meurtrier présumé de Julie Van Espen, en aveux des faits, a finalement collaboré à la deuxième reconstitution des faits organisée hier en toute discrétion à Anvers. Il a posé, devant le juge d’instruction et les parties, les gestes commis le 4 mai dernier contre l’étudiante de 23 ans. “Une épreuve” pour le suspect, a commenté la défense. Une analyse contredite par les parties civiles: “Je n’ai vu aucune émotion chez Steve Bakelmans”, dément de son côté Me John Maes.
  2. Un entraîneur d'athlétisme auteur d'attouchements pourrait bénéficier d'un sursis probatoire

    Un entraîneur d'athlétis­me auteur d'attouche­ments pourrait bénéficier d'un sursis probatoire

    Le parquet a confirmé vendredi devant le tribunal correctionnel de Liège son réquisitoire portant sur une peine d'un an de prison contre un Visétois âgé de 68 ans poursuivi pour des faits d'attentat à la pudeur commis sur une jeune fille mineure d'âge. Le prévenu, un entraîneur d'athlétisme qui avait posé des caresses intimes lors de séances d'entraînements, pourrait bénéficier d'un sursis probatoire.