Plein écran
© Photo News

La femme suspectée d'avoir incendié des véhicules de police reste en détention

La chambre du conseil de Bruxelles a confirmé vendredi pour un mois la détention de la femme suspectée d'avoir incendié des véhicules de police, a indiqué vendredi en fin de journée le parquet de Bruxelles.

La suspecte de 47 ans est poursuivie pour avoir bouté le feu à deux reprises ces derniers jours à des véhicules de la zone de police Midi. Elle a été placée sous mandat d'arrêt mardi par le juge d'instruction. Elle a été inculpée d'incendie volontaire sur une voiture de police, tentative d'incendie volontaire sur un second véhicule de police ainsi que deux incendies volontaires dans des poubelles.

L'intéressée a été interpellée lundi et a comparu mardi matin devant un magistrat du parquet. Ce dernier a décidé de la déférer devant un juge d'instruction et a demandé un placement sous mandat d'arrêt pour incendie volontaire. Le juge d'instruction a ensuite décidé de son placement effectif sous mandat d'arrêt.

Le 5 septembre au soir, un véhicule de la zone de police Midi avait été incendié au commissariat du parvis de Saint-Gilles. La voiture avait été lourdement endommagée. Dimanche, vers 11H00, une personne avait encore tenté, mais sans succès cette fois, de bouter le feu à une voiture de police au marché du Midi. 

La femme interpellée a notamment pu être identifiée grâce à des images de caméras de surveillance.

Vendredi également, plusieurs personnes ont tenté de mettre le feu à un camion de l'armée place Marcel Broodthaers à Saint-Gilles, mais rien ne permet d'affirmer que cet acte est lié aux deux autres faits qui visaient des véhicules de police. 

  1. “Maëlle, ce n’était pas du harcèlement scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    “Maëlle, ce n’était pas du harcèle­ment scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    À la fin du mois de janvier, Maëlle (15 ans) a décidé de se donner la mort. Elle faisait l’objet d’un harcèlement de la part de plusieurs élèves du Centre Scolaire Saint-Joseph Notre-Dame à Jumet (Charleroi). Toute l’école a été particulièrement affectée par cet événement. L’enquête judiciaire est toujours en cours. Pour l’instant, le Parquet de Charleroi se refuse à tout commentaire.