Plein écran

La mère de famille témoigne après le contrôle Covid violent à Waterloo: “Invitez 3 parents pour Noël et c’est ce que vous risquez”

Un contrôle de police a dégénéré ce week-end dans une maison à la frontière entre Lasne et Waterloo. L’affaire sera portée devant le tribunal correctionnel à la fin du mois de janvier, a indiqué lundi le procureur du Roi du Brabant wallon. Un juge de fond est d’ores et déjà désigné. L’enquête doit être complétée par l’ensemble des témoignages des personnes présentes au moment des faits afin de permettre au juge de disposer de toutes les versions. La mère de famille qui affiche un visage ensanglanté et qui peut être vue dans la vidéo ci-dessous s’est, elle, exprimée ce lundi matin sur Facebook. Valérie Simonis Grosjean donne sa version des faits. “Vendredi soir, mon mari et moi sommes rentrés vers 22 heures, nos 3 enfants avaient invité 3 ou 4 ados à la maison.” Elle admet: “C’est illégal, certes... J’étais en train de me brosser les dents pour aller me coucher et mon mari faisait une partie de kicker avec les enfants lorsque la police de la Mazerine est arrivée, courtoise (au départ), suite à une délation d’une de nos voisines.”

  1. Des automobilistes profitent d’un accident pour récupérer la marchandise tombée sur l’autoroute
    Play

    Des automobi­lis­tes profitent d’un accident pour récupérer la marchandi­se tombée sur l’autoroute

    Des automobilistes ont profité d’un accident entre 3 camions sur l’A35 en France pour récupérer la marchandise tombée sur l’autoroute. L’un des camions accidentés au niveau de la sortie Sierentz entre Bâle et Mulhouse transportait des milliers de dosettes de café. Malgré l’imprudence des automobilistes, aucun blessé n’est à déplorer. Les gendarmes n’ont procédé à aucune interpellation.
  2. La jeune Imane est décédée après un mauvais diagnostic: l’hôpital et les médecins acquittés

    La jeune Imane est décédée après un mauvais diagnostic: l’hôpital et les médecins acquittés

    Le tribunal correctionnel de Bruxelles a acquitté mi-juin les cliniques universitaires Saint-Luc, le Centre médical Maritime ainsi que deux médecins poursuivis pour homicide involontaire par défaut de prévoyance ou de précaution en raison de mauvais diagnostics en cause dans le décès d’une jeune fille de 14 ans le 15 juin 2011, selon une information publiée mardi par le quotidien La Dernière Heure. Contactées en réaction, les cliniques universitaires Saint-Luc se refusent à tout commentaire sur cette affaire. Imane J. est décédée des suites d’une péritonite aiguë. Les parents envisagent d’interjeter appel, toujours d’après la DH.