Le café situé dans la Spiegelstraat à Tirlemont
Plein écran
Le café situé dans la Spiegelstraat à Tirlemont © Kristien Bollen

Le café était ouvert en cachette: 4.000 euros d’amende pour le patron et ses clients

Les autorités fédérales, régionales et la police l’avaient annoncé à maintes reprises: les contrevenants qui ne respectent pas les mesures draconiennes de confinement et de fermeture liées au coronavirus seront sévèrement sanctionnés. La police l’a prouvé lors d'une descente dans un bar de Tirlemont, qui était resté ouvert malgré les interdictions.

“Nous ne faisons pas cela par plaisir, mais parce que c’est nécessaire”, a réagi la bourgmestre de Tirlemont Katrien Partyka (CD&V) après l’intervention des forces de l’ordre dans un café de sa commune. La police avait eu vent d'une “lockdownparty” vendredi soir dans le bar et est allée s’en assurer sur place. La rumeur était avérée et les agents ont immédiatement verbalisé le gérant et quatre clients présents. Ils risquent une amende de 4.000 euros et une peine de prison allant jusqu’à trois mois. 

“La sensibilisation, c’est terminé”

“La petite fête illégale s’était déroulée à huis clos mais la police a tout de même vite appris qu’elle avait lieu. En général, ces choses-là ne restent pas longtemps secrètes. Certainement pas lorsque des habitants remarquent que des individus entrent et sortent d'un débit de boissons. À l’arrivée de la police, les clients comme le patron ont encore essayé de se cacher mais cela n’en valait plus la peine. Des amendes ont été dressées. Le café était ouvert de manière illégale et la période de sensibilisation est terminée. Nous ne pouvons pas le permettre. Cela met la santé de la population en danger. À chacun de prendre ses propres responsabilités”, a regretté la bourgmestre. 

Sanctions effectives

Pas de dernier avertissement donc. Tous les participants, organisateur de la fête et invités, risquent jusqu’à 4.000 euros d’amende et trois mois de prison. “De telles fêtes ne peuvent plus passer entre les mailles du filet désormais. Ce cas démontre précisément que nous ne tolérerons plus les infractions et que des sanctions effectives seront données à ceux qui ne respectent pas les règles. Les amendes prévues par le parquet seront bel et bien décernées”, a-t-elle conclu.

Huit patrouilles passent constamment la ville au peigne fin pour vérifier que le reste de la population suit les consignes. Interrogé par nos collègues d’Het Laatste Nieuws, le propriétaire du café dément les propos de la bourgmestre et ne souhaite pas faire de commentaire.