Plein écran
Nadine W. au restaurant The Manufactory à Gand. © Jeffrey Dujardin

Le “cauchemar de la Côte” remet encore le couvert

Récemment condamnée pour plusieurs actes de grivèlerie, Nadine W., surnommée le “cauchemar de la Côte”, a une nouvelle fois frappé dans un restaurant gantois ce dimanche après-midi.

De leur propre aveu, les propriétaires ont eu un sentiment assez étrange lorsque la quadragénaire au look assez sauvage est entrée dans leur restaurant, The Manufactory, situé à un jet de pierre du beffroi de Gand. 

“Elle a commandé des toasts aux épinards et au houmous avec de la pancetta et quelque chose à boire”, confie Joke, 25 ans, qui gère l'établissement avec Quinten, de deux ans son aîné. “Elle s’est assise juste devant notre bar. Au bout d’un moment, la situation m’a paru étrange. La plupart des clients étaient déjà partis, mais elle restait assise et regardait autour d’elle” , explique la jeune femme à Het Laatste Nieuws.

Lorsque Quinten lui a présenté la douloureuse, la réponse de Nadine W. a fusé: “Je n’ai pas ma carte bancaire”, a-t-elle lancé sans gêne aucune. Le jeune homme lui a alors proposé deux options: soit elle appelait quelqu’un pour venir lui apporter de quoi payer, soit il appelait la police. “C'est à ce moment qu’elle s’est montrée agressive”, raconte Quinten. Finalement, la police a été avertie.

Nadine W. vient pourtant d’être condamnée par le tribunal correctionnel de Bruges à onze mois de prison ferme pour sept actes de grivèlerie. Mais le cauchemar de la Côte, qui sévit manifestement aussi en Flandre-Orientale, est loin d’en être à son coup d’essai puisque c’est un total de 85 mois de prison qu’elle doit encore purger pour avoir mangé dans de nombreux restaurants sans payer la note. Elle échappait jusqu’ici à la prison, ce qui ne devrait plus durer. En effet, son arrestation est prévue mi-juillet lorsque la plupart des jugements à son encontre seront définitifs. Elle peut toutefois encore faire appel de ces condamnations, et manger à l’oeil dans quelques restaurants d’ici là.

Plein écran
Quinten et Joke devant leur restaurant. © Jeffrey Dujardin
Plein écran
© JHM
  1. Il met en scène le suicide de sa femme, qui l’incrimine in extremis
    Mise à jour

    Il met en scène le suicide de sa femme, qui l’incrimine in extremis

    “Elle s’est coupé les veines”, a crié Ken M. en “panique” à son père. En réalité, le quadragénaire d’Aarschot venait de trancher les veines de son épouse à l’un des poignets et à la forcer à écrire une lettre d’adieux. Il l’a alors laissée se vider de son sang en espérant que tous pensent qu’elle avait mis fin à ses jours, mais la victime est parvenue in extremis à contacter les secours: “C’était mon mari”, a-t-elle eu le temps de leur dire. L’homme qui comparaissait libre a écopé de dix ans de prison ce matin, au tribunal de Louvain. Le juge a ordonné son incarcération immédiate.