Grace Millane a été assassinée en décembre 2018.
Plein écran
Grace Millane a été assassinée en décembre 2018. © RV

Le meurtrier de Grace Millane avait pris des photos érotiques de son cadavre

L’homme de 28 ans, qui a été reconnu coupable du meurtre de la touriste britannique Grace Millane, a été condamné à la prison à perpétuité. Il pourra être libéré au bout de 17 ans. 

Nous vous en parlions ici, la jeune Grace Millane, qui était âgée de 22 ans au moment de sa mort, a disparu à Auckland, en Nouvelle-Zélande, en décembre 2018. La Britannique effectuait un tour du monde d’un an, après avoir terminé ses études universitaires. Le 1er décembre, après une conversation sur Tinder avec un Néo-Zélandais, la jeune femme se faisait étrangler dans une chambre d’hôtel. Le 9 décembre 2018, la police retrouvait son corps dans une valise, cachée dans des buissons. 

Lors du procès, en novembre dernier, l’assassin a affirmé qu’il s’agissait d’un accident mais le jury a rejeté cette déclaration. Le meurtrier a été condamné cette semaine à une peine de prison à vie, avec une peine minimale de 17 ans sans possibilité de libération conditionnelle. 

L’assassin a “érotisé” le meurtre

S’il prétend que la mort de sa victime était un accident, l’assassin a pris le temps de photographier sept fois le corps nu de Grace Millane, alors que cette dernière était déjà morte. Le procès a révélé qu’il a ensuite conservé les sept clichés érotiques avec lui. Il a déclaré au tribunal que son comportement était alimenté par un “intérêt sexuel morbide”.

La mère parle au meurtrier

Au cours de l’audience, la mère de la victime a adressé un message au meurtrier de sa fille: “Vous avez pris l’avenir de ma fille et vous nous avez volé tous les souvenirs que nous allions construire. Elle est morte effrayée et seule dans une chambre d’hôtel avec vous”. La mère a ajouté que la famille était brisée et que le tueur lui avait “arraché le cœur”. “Les larmes que je verse ne s’arrêteront jamais de couler puisque je n’aurai jamais la chance de dire au revoir à ma Grâce”, a-t-elle déclaré.

Les parents de Grace, Gillian et Dave Millane, après le procès en novembre.
Plein écran
Les parents de Grace, Gillian et Dave Millane, après le procès en novembre. © AP