Plein écran
Edward Nathaniel Holmes et Cynthia Ann Day sont morts tous les deux en République dominicaine. © Facebook

Le mystère plane toujours sur la mort de trois vacanciers en République dominicaine

Comme nous vous le disions ici, les trois victimes étaient toutes arrivées le 25 mai à San Pedro de Macoris, une station balnéaire située dans le sud du pays, ont expliqué les autorités locales. Selon le parquet général dominicain, les trois victimes sont décédées d'une insuffisance respiratoire et d'un œdème pulmonaire. Mme Schaup-Werner a également eu une crise cardiaque.

Les corps de Cynthia Day et Edward Holmes devaient être rapatriés lundi aux États-Unis où une nouvelle autopsie et d'autres expertises toxicologiques vont être réalisées, a indiqué Steven Bullock, l'avocat de la famille de Mme Day. 

La coopération avec la police locale "a été très, très difficile", selon M. Bullock, qui regrette aussi un manque d'informations de la part de l'ambassade américaine. L'ambassadrice américaine en République dominicaine Robin Bernstein a admis une probabilité statistique "très rare" alors que la République dominicaine accueille 2,7 millions de ressortissants américains chaque année. 

Exposition à des produits toxiques

D'autres touristes ont raconté être tombés malade dans le même complexe en 2018. Kaylynn Knull et Tom Schwander ont raconté à CNN avoir notamment souffert de maux de tête, de crampes abdominales et de diarrhées après avoir senti une forte odeur de produits chimiques dans l'hôtel La Romana en juin 2018. Selon des examens faits à leur retour dans le Colorado, ils auraient pu être exposés à des pesticides utilisés contre les fourmis et les cafards. Le couple, qui a porté plainte, pense que le produit s'est diffusé par le système d'air conditionné.

Un autre couple, Susie Lauterborn et Doug Hand, ont indiqué au site d'informations BuzzFeed News avoir souffert de fièvre, de nausées et de diarrhées lors de leur séjour à Grand Bahia Principe en janvier 2018.

L'avocat de Cynthia Day a refusé de "spéculer" sur l'hypothèse d'un empoisonnement, évoquant "de multiples possibilités". La direction du complexe a dénoncé vendredi de "fausses informations" ayant "causé de grands dégâts à l'image et à la réputation" de la chaîne.