Plein écran
Jean Lambrecks, le papa de l'infortunée Eefje, l’une des victimes de Marc Dutroux. © Photo News

Le papa d’Eefje: “Dutroux ne montre aucun respect vis-à-vis des victimes”

Jean Lambrecks, le père d’Eefje, va à nouveau croiser le regard de Marc Dutroux jeudi/demain. Le pédophile belge demande la désignation d’un collège d’experts qui devrait statuer sur sa dangerosité. Une première étape dans sa tentative d’obtenir la libération conditionnelle.

Une audience du tribunal d’application des peines aura lieu à la prison de Nivelles ce jeudi 17 octobre dans le cadre de la procédure de demande de libération de Marc Dutroux. Elle portera sur la désignation d’un collège de cinq experts pour notamment éclairer le tribunal de d’application des peines sur la question de sa dangerosité. Il s’agira “d’établir un profil psychiatrique détaillé pour permettre au tribunal de statuer en parfaite connaissance de cause”, expliquait Bruno Dayez, l’avocat de Dutroux. La question du risque de récidive sera notamment abordée par ces experts.

Une formule inédite

L’avocat de Marc Dutroux a proposé trois noms de psychiatres et psychologues au parquet du Tribunal d’application des peines (TAP) de Bruxelles. Dans cette formule inédite imaginée par Dayez, le parquet serait chargé de trouver deux autres experts afin de former un collège de cinq psychothérapeutes. Au TAP désormais de se prononcer s’il accepte ou non cette formule.

On ne sait pas exactement quelles parties civiles seront présentes à l’audience jeudi. Jean-Denis Lejeune, le papa de Julie, sera représenté par Maître Georges-Henri Beauthier. Tout comme Lætitia Delhez, libérée le 15 août 1996 avec Sabine Dardenne de la cache de Marc Dutroux à Marcinelle. Les parties civiles seront entendues en début d’audience, en présence, si elles le souhaitent, de Dutroux.

“Je veux que Dutroux soit présent quand je prendrai la parole. Comme ça je pourrai lui dire que je réclame toujours la vérité”, confie Jean Lambrecks dans Het Nieuwsblad.

Lambrecks conteste la demande de Dutroux

Le papa d’Eefje s’oppose fermement à la demande de libération conditionnelle de Marc Dutroux. “Pour les dossiers de Michel Martin et Michel Lelièvre, le tribunal d’applications des peines n’a prêté aucune attention à l’attitude des condamnés vis-à-vis des parties civiles. Le fait qu’ils ne montrent pas le moindre respect par rapport aux victimes devrait pourtant être une raison pour refuser leur libération. C’est ce qui est explicitement écrit dans la loi”, prolonge-t-il.

Jean Lambrecks, le père d’Eefje, était déjà présent au tribunal d’application des peines (TAP) de Bruxelles lors de l’annonce de la libération conditionnelle de Michel Lelièvre.

Plein écran
Bruno Dayez, l’avocat de Marc Dutroux © AFP