Plein écran
Cindy Muyshond a emmené sa fille avec elle dans la mort © DR

Le père d’Amélie, 11 ans, tuée par sa mère à Arendonk: “On a pris perpétuité”

On en sait davantage sur le drame survenu à Arendonk cette semaine. Amélie, 11 ans, a été abattue par sa mère Cindy avec une arme de son père, avant que cette dernière ne se donne la mort à son tour. “Cindy s’en sort bien. Ce sont les proches endeuillés qui ont pris perpétuité”, commente, rongé par la colère, le père de la fillette et ex-compagnon de Cindy Muyshond. 

Toon B., le père de 38 ans qui a perdu son enfant mardi dans des circonstances effroyables, ne rentrera pas tout de suite à la maison. Il reste dans sa famille quelque temps, histoire de faire progressivement son deuil et de surmonter le choc. Il ne souhaite pas non plus s’étendre dans la presse sur le drame qui s’est joué, mais a brièvement commenté les faits dans les colonnes d’Het Laatste Nieuws: “C’est encore trop frais et trop dur pour moi. Cindy a emmené Amélie avec elle dans la mort. Elle, elle s’en sort bien. Ses proches ont pris perpétuité. Et nous allons devoir essayer de survivre après ces événements abominables”, a-t-il réagi en colère.

Toon B. et Cindy Muyshond étaient bel et bien séparés depuis un an déjà, précise une voisine. “Mais il y a six mois, Amélie et sa mère sont retournées vivre chez Toon malgré tout. Avec ses revenus, Cindy ne parvenait pas à se trouver une maison via le CPAS. Les seules habitations qu’on leur offrait, il s’agissait de maisons où les animaux domestiques ne sont pas admis. Cela n’était pas une option pour Amélie: elle était folle de ses deux chiens. Le coeur de Toon s’est brisé à l’idée de la voir mettre ses chiens au chenil”. 

Plein écran
Vu que Cindy Muyshond ne trouvait pas de maison dans ses moyens, Toon B. leur avait proposé de les loger temporairement © Wouter Demuynck

“Il a été clair: elle devait se trouver un toit”

Le trentenaire avait donc proposé à son ex de revenir vivre à la maison avec leur fille, mais lui avait précisé que la situation n’était que temporaire. Il lui avait aussi signifié, en toute transparence, qu’il y avait tout récemment une nouvelle femme dans sa vie et qu’il tenait à cette idylle. “Toon l’avait donc priée de se mettre activement à la recherche d'un nouveau toit bien à elle”, précise la voisine qui réfute tout rabibochage du couple, comme annoncé précédemment. “Ils ne pouvaient pas continuer à se marcher sur les pieds alors qu’ils étaient séparés. Il avait passé la nuit de lundi à mardi ailleurs, mais n’avait jamais imaginé qu’en son absence, un tel drame pouvait se jouer”. 

“Précisément ce qu’Amélie craignait”

Mardi matin pourtant, à son retour chez lui, Toon a vite compris que quelque chose n’allait pas: ce sont les chevaux et les fidèles compagnons d’Amélie qui l’avaient accueilli, visiblement affamés. “Or Amélie n’oubliait jamais de prendre soin de ses animaux”, explique la voisine. C’est donc pensif qu'il a franchi la haie pour rejoindre sa porte d’entrée, avant de tomber sur le corps sans vie de son ex-compagne qui gisait devant la maison. “Il a essayé de la réanimer, mais sans succès: il était trop tard. Sur le moment, aucune trace d’Amélie. Il a alors encore voulu espérer que sa fille, en découvrant le corps inanimé de sa mère, s’était enfuie terrifiée ou avait couru chercher de l’aide. Les agents de police ont cependant découvert la fillette dans la maison un peu plus tard. Toon ne sait donc pas où elle a été retrouvée, et il ne l’a pas vue. ‘C’est mieux comme cela. Au moins cette image ne me hantera pas pour toujours’, a-t-il dit ensuite”. 

Les chiens d’Amélie ont été pris en charge par la SPA. Précisément ce que l’enfant redoutait par-dessus tout. “Mais Toon s’absente deux semaines par mois pour son travail, il n’aurait pas pu prendre soin d’eux, il est trop peu à la maison”. 

Dans sa douleur, le père a de plus dû subir une interpellation. La police a initialement cru qu’il était impliqué dans la mort de sa famille, notamment parce qu’il disposait d’une collection d’armes de chasse potentiellement utilisées pour le meurtre. Mais Cindy Muyshond avait laissé une lettre d’adieu où elle expliquait son geste. “Toon ne l’a pas lue, il s’est juste contenté de la première phrase. Il n’a pas pu continuer”. 

“Amélie était tout, pour elle comme pour lui”

L’une des meilleures amies de Cindy explique que la mère au foyer avait cherché une aide psychologique récemment. “Elle traversait une période difficile”, explique son amie proche. “Cindy avait déjà connu une enfance difficile. Elle ne le montrait pas, seuls ceux qui la connaissaient vraiment étaient au courant. Sa relation avec Toon avait connu beaucoup de hauts et de bas. Mais qu’une chose soit claire: Amélie était le plus grand bonheur de sa vie. Elle partait toujours en excursion avec sa fille chérie: nager, ou à la mer. C’était aussi le cas de Toon, d’ailleurs. Cette petite était toute sa vie. Samedi, Cindy a soudain effacé toutes les photos et statuts de sa page Facebook. Et pourtant, personne n’a rien vu venir...”

Une enquête contre X pour meurtre demeure ouverte au parquet d’Anvers. La maison d’Arendonk est mise sous scellés. “Toon a douté un moment, mais il retournera probablement bientôt chez lui ‘car Amélie adorait cette maison’, a-t-il conclu”. 

Si vous pensez au suicide et avez des questions, si vous souhaitez obtenir de l’aide, la ligne de crise du Centre prévention suicide vous offre une écoute anonyme 24h/24, 7 jours sur 7 au 0800 32 123

Les professionnels d’un Pass dans l’Impasse répondent à toutes les questions sur le suicide et l’accompagnement au numéro gratuit de télé accueil 081 777 150

Pour une écoute à toute heure ou si vous n’avez pas eu de réponse assez rapide aux deux précédents numéros, contactez le 107. Vous aurez toujours quelqu’un au bout du fil.