Le père de Milane, 2 mois, maintenu en détention: “Mon client ne se souvient même pas d'avoir touché sa fille”

La chambre du conseil de Liège a examiné mardi le dossier de Christian R., un Liégeois âgé de 26 ans qui avait brisé un verre sur le crâne de sa fille âgée de 2 mois. L'inculpé conteste l'intention de s'en prendre à son enfant. Il n'a pas sollicité sa remise en liberté dans le cadre de sa première comparution lors de la prolongation de son mandat d'arrêt.

Plein écran
© D.R.

Le mardi 25 février au soir, Christian R. s'était présenté dans une pizzeria de Herstal et avait écrasé un verre brisé sur le crâne de la petite Milane, sa fille âgée de 2 mois. L'enfant se trouvait entre la vie et la mort car un morceau de verre ébréché avait pénétré son crâne, nécessitant une opération délicate.

Recherché, l'auteur des faits s'était présenté à la police le lendemain. Jeudi, il avait été placé sous mandat d'arrêt et inculpé de tentative d'assassinat. Il a comparu mardi matin dans le cadre de la prolongation de son mandat d'arrêt. Son avocate n'a pas sollicité sa remise en liberté. L'inculpé est maintenu en détention.

À l'occasion de cette comparution, l'avocate de Christian R. a souhaité apporter des précisions sur l'affaire. "Il est important de remettre de l'ordre dans ce qui a été dit et qui repose exclusivement sur les déclarations d'un témoin non-indépendant. Christian R. n'avait aucune intention de s'en prendre à sa fille. Le soir des faits, il était énervé de constater une fois de plus que la mère de l'enfant était encore présente avec "un ami", à 01h00, dans une pizzeria et avec son enfant âgé de 2 mois. Cet "ami" était un sujet de discorde dans le couple. Christian R. avait déjà été visé par un épisode de violences. C'est pour se défendre qu'il s'est emparé d'un verre", a précisé Me Séverine Solfrini.

Christian R. ne conteste pas avoir touché l'enfant mais il conteste le geste intentionnel. "L'enfant a été touché dans une scène très dynamique. Mon client ne se souvient même pas d'avoir touché sa fille. Il était focalisé sur "l'ami" de sa compagne. Son geste n'était pas dirigé vers l'enfant", a indiqué Me Solfrini.