Une autopsie sera réalisée pour déterminer si la mort du phoque est liée aux coups reçus ou à une maladie dont l'animal semblait porteur
Plein écran
Une autopsie sera réalisée pour déterminer si la mort du phoque est liée aux coups reçus ou à une maladie dont l'animal semblait porteur © Centre de Soins de la Faune Sauvage de la LPA de Calais

Le phoque frappé par un pêcheur n'a pas survécu

Le phoque femelle frappé dimanche passé par un pêcheur -“parce que l’animal abîmait ses filets”- a succombé samedi à ses blessures, relatent les médias français.

Le bébé phoque avait été blessé dimanche matin sur la plage de Malo-les-Bains (Dunkerque). Pris en charge par le Centre de Soins de la Faune Sauvage de la LPA de Calais, l’animal n’a finalement pas survécu. Son état s’était détérioré depuis jeudi soir. Une autopsie sera pratiquée pour déterminer les causes exactes de la mort.

Une plainte a été déposée. L’auteur des coups, qui aurait été identifié, risque une peine de deux ans d’emprisonnement et une amende de 30.000 euros.

  1. Annick, gérante belge d’agence immobilière à la Costa Brava, a été tuée par son compagnon

    Annick, gérante belge d’agence immobiliè­re à la Costa Brava, a été tuée par son compagnon

    L’identité de la ressortissante belge (65 ans) qui a été poignardée à mort mercredi par son compagnon espagnol (72 ans) à L’Escala, sur la Costa Brava, en Espagne, est connue: il s’agit de l’Anversoise Annick Chenut, 65 ans. Elle y gérait une agence immobilière depuis 40 ans. Selon les médias espagnols, il s’agit d’un meurtre lié à la sphère privée: le couple s’était séparé et se déchirait pour le titre de propriété de la maison.