Le Spadois suspecté d’avoir volontairement incendié un immeuble habité a été acquitté

Le tribunal correctionnel de Liège a acquitté mercredi un Spadois âgé de 33 ans qui avait été poursuivi pour avoir volontairement incendié un immeuble habité. Le prévenu était suspecté d'avoir voulu mettre fin à ses jours, d'avoir incendié l'immeuble et de ne pas avoir prévenu les pompiers. Le juge a estimé qu'il n'y avait pas suffisamment d'éléments à charge du prévenu et l'a acquitté.

Plein écran
© Google Maps

Les faits s'étaient produits le 8 janvier 2018 à Saint-Nicolas (Liège). En pleine nuit, un incendie s'était déclenché dans l'appartement occupé par le prévenu dans un immeuble où habitaient et dormaient plusieurs autres personnes. Le prévenu, sous l'influence de médicaments et d'alcool, avait préalablement menacé de mettre fin à ses jours, ce qui avait éveillé les soupçons sur ses agissements.

Alors que l'immeuble était en proie aux flammes, le prévenu était sorti sur la rue et n'avait pas alerté les pompiers. C'est un de ses amis, auquel il avait téléphoné, qui avait prévenu les pompiers sur base de ses indications.

Deux foyers d'incendie avaient été découverts sur place. Mais le prévenu avait soutenu qu'il avait allumé une cigarette à l'aide d'un foyer au gaz et que le feu s'était propagé accidentellement. L'homme risquait une peine de 2 ans de prison.

Le tribunal a considéré qu'il n'existe pas suffisamment d'éléments pour établir le caractère volontaire de l'incendie. Le juge a également considéré que le prévenu était dans un état second au moment des faits et qu'il n'existe pas d'élément pour établir la prévention de non-assistance à personne en danger. Le prévenu a été acquitté de ces faits.

Le prévenu a par contre été condamné à une peine de 50 heures de travail pour avoir commis des faits d'outrage envers les policiers intervenus sur place.