Plein écran
ee © VRT

Le témoignage poignant d’une grand-mère qui a causé la mort de son petit-fils

Un accident aux conséquences fatales pour leur petit-fils ou petite-fille, c’est la hantise de tous les grands-parents. C’est ce qui est arrivé à Martine, la grand-mère de Siebe, qui a perdu la vie à l’âge de 9 mois. En 2011, elle a fait une chute dans l’escalier avec son petit-fils dans les bras. L’enfant a succombé à ses blessures. Meurtrie à jamais, elle se lève et se couche tous les jours avec cette image qui la hantera à jamais.

Il y a des fatalités de la vie dont on croit qu’elles n’arrivent qu’aux autres. Dans l’émission “Mij Overkomt het niet” (Traduisez “Ça ne m’arrivera pas”) sur la VRT, Martine a livré un témoignage bouleversant dans lequel elle explique comment son petit-fils est tragiquement décédé alors qu’il était sous sa surveillance.

“J’ai perdu mes moyens”

Le drame s’est déroulé il y a huit ans à son domicile à Ostende. Martine a toujours adoré les enfants et a même travaillé dans le service maternité d’un hôpital. Un mercredi matin, une chute dans un escalier va faire basculer sa vie. Elle descend alors de l’étage avec son petit-fils dans les bras lorsqu’elle glisse et perd l’équilibre. 

“J’ai essayé de protéger sa tête qui a d’abord heurté le mur mais Siebe est tombé de mes bras la tête en avant. Il hurlait. J’ai tout de suite vu qu’il n’allait pas bien. J’ai d’abord appelé mon fils, Dieter. Prise de panique, je ne savais même plus le numéro des services de secours. J’ai perdu tous mes moyens”, explique-t-elle.

Plein écran
Martine © VRT

Dieter, le papa de l’enfant, quitte précipitamment son travail pour se rendre au chevet de son fils. À son arrivée, Siebe est encore en vie. Dans l’ambulance, l’équipe médicale tente de le réanimer. Victime d’une fracture du crâne avec plusieurs hémorragies, l’enfant est opéré en urgence à l’hôpital d’Ostende mais succombe à ses blessures un peu plus tard.

La gestion émotionnelle du drame fut une véritable épreuve pour la famille, à tel point que cela a provoqué une rupture. La maman de Siebe en a terriblement voulu à sa belle-mère et a rompu tout contact. Dieter, lui, a gardé le contact avec sa mère, mais la famille est toujours brisée et traumatisée aujourd’hui. La sœur de Dieter a refusé de confier son enfant à sa maman et lorsque Dieter est à nouveau devenu papa, la grand-mère n’a pas pu serrer l’enfant dans ses bras avant ses 13 mois. “Il nous était insupportable de la voir avec un bébé”, explique-t-il.

“Je ne peux pas lui pardonner”

Marquée à jamais par cet épisode funeste, la famille ne sera plus jamais comme avant. “Non, je ne parviens pas à lui pardonner. Peut-être qu’un jour j’y parviendrai. J’ai perdu mon premier enfant”, regrette Lien, la maman. Quant à Martine, elle vit tous les jours avec ce sentiment de culpabilité qui ne la quittera jamais.

Ce drame malheureux est-il véritablement la faute de Martine? Dieter ne sait pas vraiment quoi répondre à cette question. “Si je disais ‘non’, je me sentirais coupable par rapport à mon fils. Mais je ne dis pas ‘oui’ non plus”. 

Aujourd’hui, Dieter se réjouit toutefois d’avoir rétabli le contact petit à petit avec sa maman. “Les rapports sont à nouveau bons entre nous”.

Plein écran
Lien, la maman de Siebe © VRT
  1. Faux démarchage à Châtelet: un suspect interrogé et relâché

    Faux démarchage à Châtelet: un suspect interrogé et relâché

    Un faux démarcheur pour l’Amicale des Pompiers de Châtelet a été signalé à la fin du mois de novembre. L’individu circulait en uniforme et faisait du porte-à-porte pour récolter des fonds. La Zone de Secours châtelettaine avait aussitôt assuré qu’aucun de ses hommes n’était autorisé à le faire. Lors d'une telle opération, les pompiers ne sont jamais vêtus de leur uniforme et ils sont en possession d’une carte d’accréditation.