Plein écran
Illustration. © Getty Images

Les agriculteurs en colère ont labouré le champ des Ardentes

Des agriculteurs ont retourné le terrain rocourtois où s’installeront les Ardentes, l’été prochain. La police s’est rapidement rendue sur place, mais il était déjà trop tard. Si les organisateurs ne craignent pas pour le bon déroulé du festival, le temps leur est toutefois compté.

L’arrivée prochaine du festival les Ardentes, à Rocourt ne plaît pas à tout le monde, très loin de là. Outre les riverains qui craignent pour leur sécurité et pour leur qualité de vie, les agriculteurs voient d’un mauvais œil cette installation sur le terrain situé en face du RFCL. Et en particulier un père et son fils, qui jouissent depuis plusieurs années d’un droit d’occupation précaire. Les deux agriculteurs y font pousser fruits et légumes.

Mais avec l’accord de cinq ans signé entre les Ardentes et la Société wallonne du Logement, à qui appartient en partie le terrain de plus de 20 hectares (la Province de Liège en est aussi propriétaire), la vie des deux hommes a été bouleversée. Ils avaient alors intenté une action en justice afin d’obtenir des compensations. Une audience doit avoir lieu en mai prochain, comme l’indique La Dernière Heure. Et en attendant que le juge statue sur la question, les organisateurs du festival de musique urbaine sont allés en référé afin d’interdire l’accès aux agriculteurs. 

Ils n’auront plus accès au champ

Une décision devait être rendue ce mardi 21 janvier, mais les deux agriculteurs, qui, selon Sudpresse, auraient été rejoints par trois ou quatre autres collègues, ne l’ont pas entendu de cette oreille et se sont rendus sur les lieux, aux premières heures du jour, ce mardi. Ils y ont retourné la terre, alors que les Ardentes avaient déployé tous les moyens nécessaires, en novembre dernier, pour remettre le champ à niveau. Rapidement prévenus des événements en cours, les organisateurs ont appelé la police. Celle-ci s’est rendue sur place, avec un peloton anti-banditisme. Mais il était déjà trop tard, puisque le terrain avait déjà été labouré à l’aide de tracteurs. Les huissiers de justice ont été dépêchés sur place pour constater les dégâts. Si tout le travail fait en novembre a été détruit, les organisateurs ne craignent pas pour l’avenir du festival. Le temps est toutefois compté pour que le site soit prêt pour accueillir l’édition 2020 des Ardentes.

Entre temps, le tribunal a rendu son ordonnance et donné raison aux organisateurs du festival. Les agriculteurs ne pourront plus se rendre dans le champ en question avant que l’action en justice n’ait abouti. Les organisateurs, qui parlent de vandalisme, comptent intenter, de leur côté également, une action en justice contre les agriculteurs qui ont retourné le terrain.

Retrouvez ici toute l’actualité de la région liégeoise.