Plein écran
Violence à Marcinelle en Montagne © Google, Photonews

Les enfants de Marcinelle en Montagne menacés: “Dites rien ou je vous bute!”

InterviewPlusieurs enfants partis en classe de neige à Marcinelle en Montagne, dans les Alpes françaises, ont subi des agressions verbales et physiques de la part d'un stagiaire éducateur. Rentrés auprès de leurs parents depuis lors, les élèves ont livré des confessions accablantes.

C’est sous le couvert de l’anonymat que les témoignages des enfants agressés à Marcinelle en Montagne nous sont parvenus. La raison est simple. Les victimes ont été menacées par le stagiaire éducateur incriminé. À plusieurs reprises. “L’éducateur se permettait de dormir en journée dans l’une des chambres des garçons en leur présence. Il leur a dit : ‘Dites rien ou je vous bute!’”, nous explique l’un des parents. “Il a aussi juré sur Dieu que s’il avait des problèmes, les enfants en auraient aussi. ‘Si je rate mon stage, vous aurez des problèmes’ a-t-il dit aux enfants”.

Ces paroles ont été prononcées avant son arrestation par la police française. Les enfants ont été interrogés par les forces de l’ordre sur place, en Savoie: “Ils ont été auditionnés individuellement sans la présence de l’institutrice ou d’un autre adulte responsable. Énormément de pages ont été noircies lors des auditions et chaque enfant a été invité à signer sa déposition sans que cette dernière ne soit relue au préalable par lui. À l’heure actuelle, aucun parent n’a reçu de copie de l’audition de son enfant.”

Élèves perturbés

Ces événements ont évidemment perturbé les élèves: “Plusieurs enfants n’en ont pas dormi de la nuit, beaucoup en ont pleuré et plusieurs ont été choqués par la violence physique à l’encontre de leurs camarades de chambrée.”

À ce propos, d’autres détails du comportement violent du stagiaire éducateur ont été relayés: “L’éducateur s’est montré agressif physiquement dans les deux chambres des garçons de la classe de sixième année. Dans chaque chambre, des enfants ont subi des balayettes, certains des coups, un enfant a été coincé violemment entre deux lits, un autre a été pendu à l’envers par un pied”, poursuit un parent.

Ce qui aurait laissé des traces pour certains: “Un enfant a eu une marque au bras, un autre sur le thorax... Et aucun enfant n’a été vu médicalement”. Les insultes étaient visiblement à l’avenant: “‘Vous sortez de la douche, sinon je vous encule’, ‘Petites putes’, ‘Fils de pute’. Et bien d’autres termes vulgaires”, relate le témoin.

Signe avant-coureur

En tous les cas, les parents concernés sont d’avis qu’un signe avant-coureur aurait dû mettre la puce à l’oreille des responsables: “Alors que l’éducateur organisait un jeu avec un carnet de post-it et un marqueur, celui-ci s’est énervé sur les enfants en tapant les post-it et le marqueur par terre. La directrice du chalet et une autre éducatrice ont été interpellées par son raffut. Il a dû s’expliquer et il a désigné agressivement les enfants du doigt. Ceux-ci ont également été sollicités pour donner leur version des faits. Il y a donc eu une première situation interpellante.”

Pourtant, d’autres classes ont séjourné à Marcinelle en Montagne sans qu’elles ne dénoncent quoi que ce soit: “Les enfants ont des doutes et pensent que la classe avant eux a dû subir les mêmes méfaits de la part de cet éducateur étant donné que celui-ci se trouvait déjà sur place lors de leur arrivée.”

Une réunion est prévue avec la Ville de Charleroi ce lundi. Elle doit permettre aux parents concernés de connaître toutes les démarches à entreprendre pour qu’une plainte soit déposée en bonne et due forme. Si le stagiaire éducateur est accusé de violence physique et verbale, aucun fait d’attouchement ou de viol n’a été relaté.