Plein écran
Laurent Hayez, à gauche, était en Australie depuis plusieurs semaines afin de retrouver la trace de son fils Théo. Ce dernier n’a plus donné signe de vie depuis le 31 mai dernier. © EPA/RV

Les parents de Théo Hayez rentrent en Belgique

Les parents de Théo Hayez, ce jeune Belge de 18 ans disparu en Australie depuis six semaines, sont de retour en Belgique ce samedi, annonce RTL.

Malgré d'intenses recherches à Byron Bay et alentours afin de retrouver le jeune Théo Hayez, les autorités australiennes appuyées par les enquêteurs belges et de nombreux volontaires n’ont pas retrouvé la trace du Belge. “Nous avons cherché partout où nous pouvions chercher”, a commenté Christel Michiels, enquêteuse de la police fédérale belge en charge de coordonner le dossier. En vain. “Les parents savent que vu l’océan et la présence de requins, les chances sont faibles”, lit-on dans Het Laatste Nieuws. 

“Nous devons passer du temps avec le petit frère de Théo”

Les parents, qui s’étaient eux aussi rendus en Nouvelle-Galles du Sud dans l’espoir de trouver des indices, ont malheureusement dû rentrer en Belgique ce samedi sans savoir ce qu'il est advenu de leur fils. Le père Laurent, qui avait promis à son plus jeune fils de lui ramener son frère, n’aura pas pu tenir sa promesse. “Il est important que nous rentrions en Belgique, que nous voyions notre famille et que nous passions du temps avec Lucas, le petit frère de Théo”. Mais cela ne signifie pas que les parents baissent les bras. La police australienne ne poursuivra plus ses recherches actuellement mais des bénévoles continueront de ratisser des zones où le jeune homme a potentiellement pu se retrouver. Pour l'instant, ni son GSM ni ses vêtements n'ont été retrouvés. La famille suivra de près l’évolution des recherches par les volontaires et Laurent Hayez entend retourner en Australie en août dans l’espoir d’apprendre enfin ce qui est arrivé à Théo. 

Ivre?

Théo Hayez, 18 ans, faisait un tour de l’Australie en sac à dos lorsqu’il a soudainement disparu le 31 mai dernier. Les dernières images de lui proviennent de caméras de surveillance postées à la sortie d'une boîte de nuit de Byron Bay, le Cheeky Monkey, où il avait passé une partie de la nuit avant d’être mis à la porte car il avait trop bu, mais il n’avait pas contesté la décision. Il avait été vu au sortir de ce bar, son téléphone à la main, vêtu d'un sweat à capuche. Il n’est jamais arrivé à son motel ce soir-là. Son téléphone a “borné” une dernière fois près du phare de Byron Bay, laissant craindre un bain de minuit solitaire qui aurait mal tourné. Toutes les pistes restent cependant envisagées même si l’espoir de retrouver le jeune homme vivant est quasiment inexistant. Le maire de la bourgade s’est dit fort affecté par cette disparition et a insisté sur les moyens mis en oeuvre. “Les gens du coin connaissent les dangers de l’océan et la force des vagues ici, cela dit, cela aurait pu arriver à n’importe qui, les autochtones ne sont pas immunisés non plus”, a-t-il commenté, laissant entendre qu’il penchait pour le scénario de la noyade.

  1. Un ouvrier décède suite à une manœuvre d’un collègue: “Une heure avant, son père lui disait encore d'être prudent”

    Un ouvrier décède suite à une manœuvre d’un collègue: “Une heure avant, son père lui disait encore d'être prudent”

    Un ouvrier âgé de 36 ans et originaire de Dessel est décédé mercredi lors d’un accident de travail sur un chantier à Lommel, dans la province de Limbourg, a relaté HLN. Suite à une manoeuvre d’un collègue, Marc De Coninck s’est retrouvé sous une poutre de 2,5 tonnes. “Une heure plus tôt, son père lui envoyait encore un sms lui disant qu’il devait être prudent. Puis survient un accident si stupide”, a témoigné l’employeur de la victime.