Jordan Dewilde.
Plein écran
Jordan Dewilde. © Police fédérale

Les restes humains de Jordan Dewilde, disparu en 2018, découverts à Hornu, un suspect interpellé

Un habitant d'Hornu a été interpellé à son domicile dans le cadre de la mort de Jordan Dewilde, qui avait disparu en octobre 2018, a indiqué mercredi le parquet de Mons. Des restes humains ont également été découverts chez lui, qui devraient être ceux de Jordan Dewilde, selon une première analyse de la mâchoire, précise le parquet.

Un témoin fréquentant les milieux SDF s'est présenté le 29 février à la police montoise, expliquant qu'il avait été hébergé en 2018 chez un habitant d'Hornu et que celui-ci lui avait alors indiqué qu'il avait tué un SDF du nom de Jordan Dewilde, a développé le parquet. Le témoin a ajouté que l'habitant aurait découpé le corps en morceaux et se serait débarrassé d'une partie sur un terril d'Hornu. Toujours selon le témoin, la tête et d'autres restes humains se trouvaient toujours dans l'habitation.

En août 2019, sur alerte d'un promeneur, des ossements avaient effectivement été retrouvés sur un terril à Hornu. Une analyse ADN avait permis d'établir qu'il s'agissant bien d'ossements de Jordan Dewilde. Dans un premier temps, la thèse du suicide avait été évoquée, Jordan Dewilde ayant lui-même évoqué l'intention de mettre fin à ses jours, souligne le parquet de Mons. Mais cette thèse vient d'être mise à mal par le nouveau témoignage dans ce dossier.

La police a mené une perquisition mardi chez le suspect et y a découvert l'homme en question ainsi que des restes humains. Selon le parquet de Mons, une première analyse de la mâchoire indique que ces restes devraient être ceux de Jordan Dewilde. De nouvelles analyses ADN doivent confirmer cette hypothèse.

L'auteur présumé des faits, un homme né en 1980 qui fréquente également les milieux SDF, n'a pratiquement pas d'antécédents judiciaires, si ce n'est un dossier de stupéfiants en correctionnelle qui remonte à plusieurs années, ajoute le parquet. L'intéressé a été privé de liberté. Il a été entendu par la police mais doit encore être auditionné par la juge d'instruction montoise.