Isabelle Fouillot, la mère d’Alexia
Plein écran
Isabelle Fouillot, la mère d’Alexia © AFP

Les révélations d’un gendarme lors du procès Daval

Interrogé ce matin devant la cour d’assises de Vesoul, le gendarme qui a conduit la garde à vue de Jonathann Daval a révélé comment le suspect avait “craqué” au bout de 32 heures. 

  1. Ils n’ont pas pu réaliser la dernière volonté de leur père décédé: “Comment une personne peut-elle voler une urne dans un cimetière?”

    Ils n’ont pas pu réaliser la dernière volonté de leur père décédé: “Comment une personne peut-elle voler une urne dans un cimetière?”

    Shanaia (17 ans), Yalenka (16 ans), Lavinia (15 ans) et Xenio (13 ans) Temmerman, originaires de Haaltert, en Flandre orientale, souhaitaient amener l’urne funéraire et les cendres de leur père dans la dernière demeure souhaitée par ce dernier, les Ardennes. Mais une fois arrivés au cimetière, les enfants ont découvert une urne décorative vide: quelqu’un a vandalisé le cimetière et volé les cendres du défunt.
  2. Affaire Alexia Daval: les parents ne pourront pas s’adresser à Jonathann ni lui poser des questions
    Mise à jour

    Affaire Alexia Daval: les parents ne pourront pas s’adresser à Jonathann ni lui poser des questions

    "Une journée sous très haute tension émotionnelle" devant les assises de la Haute-Saône: avec l'audition des parents d'Alexia et l'interrogatoire de Jonathann, le procès Daval va sans aucun doute connaître son acmé mercredi. “S’ils veulent la vérité, ils l’auront à ce procès”, a promis l’avocat de l’accusé, Me Randall Schwerdorffer, à son arrivée au tribunal ce matin.
  3. Confrontée à l’insoutenable rapport d’autopsie, la mère d’Alexia Daval quitte la salle d’audience: “C’est de ma fille dont on parle”
    Mise à jour

    Confrontée à l’insoutenable rapport d’autopsie, la mère d’Alexia Daval quitte la salle d’audience: “C’est de ma fille dont on parle”

    Interrogée par la presse à la sortie de l’audience, la mère d’Alexia Daval a partagé son émotion à l’issue de la lecture du rapport du médecin légiste. Une description minutieuse et insoutenable: “Je ne peux pas écouter quand on parle du massacre de ma fille”, a-t-elle confié. Elle a quitté la salle d’audience dès le début de l’intervention. La confrontation entre la famille de la victime et l’accusé Jonathann, prévue ce soir, a finalement été reportée à demain matin.