La police de la côte ouest effectue de nombreux contrôles pour veiller au respect des règles de confinement.
Plein écran
La police de la côte ouest effectue de nombreux contrôles pour veiller au respect des règles de confinement. © Politie Westkust

Les “soirées lockdown” se poursuivent: “Certains se croient toujours au-dessus des lois”

Malgré les règles de confinement très strictes, des fêtes privées ou dites “lockdown” continuent d’être organisées en toute illégalité. Plusieurs incidents ont eu lieu à la Côte belge ce week-end, notamment à La Panne et Nieuport. Il s’agit principalement de groupes de jeunes. “Certains se croient toujours au-dessus des lois”, déplore la police de la côte ouest.

Vendredi soir, une patrouille de police a dû intervenir à Nieuport à la suite d’une plainte de plusieurs riverains, nous apprend Het Laatste Nieuws.

“Les personnes présentes ont essayé de se cacher et se sont montrées très impolies envers nos agents. En outre, elles ont nié qu’elles faisaient la fête. Nous avons donc dû intervenir de manière drastique et les avons transférées au poste de police. Beaucoup de jeunes n’ont pas encore compris la législation autour des mesures de restriction, et c’est quelque chose qui nous tracasse. Nous maintenons notre vigilance”, déclare Ine Deburchgraeve, la porte-parole de la police de la côte ouest.

L’incident survenu à Nieuport n’est qu’un exemple parmi d’autres. D’autres interventions policières ont été nécessaires en raison du non-respect de l’interdiction de rassemblement.

“Certains jeunes nous disent simplement qu’ils s’ennuient et vont donc rendre visite à des amis. Que ce soit clair: ce n’est pas possible! À un arrêt de bus à La Panne, par exemple, nous avons surpris quatre jeunes en train de faire du skateboard. Deux d’entre eux étaient venus de Torhout (ndlr. situé à plus de 40 km) en transports en commun. Certains pensent que les transports publics, comme le tram de la côte, ne sont pas contrôlés. Rien n’est moins vrai”, poursuit la porte-parole.

Résidents secondaires

Elle insiste également sur le fait que les résidents secondaires doivent également rester à leur domicile. “Car eux non plus n’ont pas encore compris le message. On le remarque, par exemple, dans des endroits moins visibles comme les quartiers résidentiels. Cela reste un problème. Nos services les contactent et les renvoient chez eux”, prolonge Deburchgraeve, qui note toutefois une évolution positive en ce qui concerne les déplacements non-essentiels, qui diminuent fortement.

A noter: l’un des chauffeurs en infraction à Nieuport, un homme de Coxyde, portait une arme interdite, à savoir un canif. Elle a été saisie.

Autre phénomène constaté: l’utilisation par des ressortissants français de routes secondaires pour rallier la Côte. “Nous patrouillons de manière anonyme dans la région afin d’endiguer le phénomène. Le bilan du week-end démontre que nous devons continuer à être intransigeants”, conclut Ine Deburchgraeve.

  1. Gabriel, 14 ans, violemment interpellé après une tentative de vol: “Il risque de perdre un œil”
    France

    Gabriel, 14 ans, violemment interpellé après une tentative de vol: “Il risque de perdre un œil”

    Dans la nuit du 25 au 26 mai dernier, Gabriel, 14 ans, a été interpellé par les forces de l’ordre après avoir tenté de voler un scooter avec un ami à Bondy, près de Paris. Le flou demeure sur les conditions de l’arrestation, rapporte Le Parisien. Le jeune garçon souffre de plusieurs lésions au visage et “risque de perdre son œil” à cause d’une fracture de l’orbite. Il est actuellement soigné à l’hôpital Jean-Verdier de Bondy.