Manifestation pro-avortement à Minneapolis (Minnesota), le 24 juin 2022.
Plein écran
Manifestation pro-avortement à Minneapolis (Minnesota), le 24 juin 2022. © AP

L’Ohio refuse l’avortement à une fillette de 10 ans enceinte après avoir été violée

C'est une conséquence dramatique de la récente décision de la Cour suprême américaine: l’État de l’Ohio a refusé l’avortement à une petite fille de 10 ans, tombée enceinte après avoir été violée. La fillette a dès lors été contrainte de faire plusieurs centaines de kilomètres pour se faire avorter dans l’Indiana, qui n’a pas encore légiféré sur le sujet.

  1. Après le choc, manifestations aux États-Unis contre la révocation du droit à l'avortement

    Après le choc, manifesta­ti­ons aux États-Unis contre la révocation du droit à l'avorte­ment

    Des partisans du droit à l'avortement se sont mobilisés samedi aux Etats-Unis pour une deuxième journée de manifestations contre la décision de la Cour suprême de pulvériser ce que beaucoup pensaient être un acquis. En révoquant son arrêt emblématique "Roe v. Wade", qui depuis 1973 garantissait le droit des Américaines à avorter, la haute cour laisse aux États le choix d'interdire ou non les IVG dans un pays profondément divisé. Des milliers de personnes se sont rassemblées samedi devant la Cour suprême à Washington, entourée de barrières et placée sous protection policière. "Ce qui s'est passé hier, c'est indescriptible et dégoûtant", s'est exclamée Mia Stagner, une étudiante en sciences politiques de 19 ans. "Aucune femme ne devrait être forcée à devenir mère".
  2. Une autre élue MR contre l’avortement: “Chaque enfant est un être humain dès sa conception”

    Une autre élue MR contre l’avortement: “Chaque enfant est un être humain dès sa conception”

    Après le bourgmestre de Wezembeek-Oppem, Frédéric Petit, c’est une autre élue MR qui soutient la décision de la Cour suprême américaine sur l’avortement. Comme le rapportait la DH ce mercredi, Marie Courtoy, conseillère communale libérale à Koekelberg, a voté contre une motion proposée par le PS qui visait à “mettre en place un rempart constitutionnel pour le droit à recourir à l’IVG et protéger la liberté fondamentale des femmes de disposer de leur corps.” Interrogée par nos confrères, Marie Courtoy assume sa position anti-avortement.
  3. Télévision, internet, téléphone mobile et ligne fixe pour 48 euros par mois : voici les forfaits télécom les moins chers
    Montelco

    Télévision, internet, téléphone mobile et ligne fixe pour 48 euros par mois : voici les forfaits télécom les moins chers

    64 % des Belges ont un forfait télécom. La plupart choisissent un forfait avec l’internet fixe, la téléphonie fixe, la télévision et les services mobiles. C’est ce qui ressort des chiffres les plus récents de l’IBPT, le chien de garde fédéral des télécoms. Quel est le « pack quadruple play » le moins cher ? Et quelle offre est la meilleure si vous n’avez pas besoin de la télévision ou d’une ligne fixe ? MonTelco.be a mené l’enquête.
  1. Plus de la moitié des Belges ont encore une ligne fixe : voici combien vous pouvez économiser en vous en débarrassant
    Montelco

    Plus de la moitié des Belges ont encore une ligne fixe : voici combien vous pouvez économiser en vous en débarras­sant

    En moyenne, un ménage belge avec un forfait 4 en 1 paie 106 euros par mois pour son abonnement internet, télévision, ligne fixe et mobile. Les familles avec un forfait 3 en 1 (sans abonnement mobile) paient 68 euros, selon les chiffres de Statbel. En comparant, chaque famille peut faire de belles économies. Surtout si vous supprimez votre ligne fixe. MonTelco.be a fait le calcul.
  2. Malte examine l’interdiction de l'avortement après une polémique sur la fausse couche d’une touriste

    Malte examine l’interdiction de l'avorte­ment après une polémique sur la fausse couche d’une touriste

    Le gouvernement maltais a annoncé jeudi un examen de l'application de l'interdiction de l'avortement dans le pays, après une polémique sur une touriste américaine enceinte qui s'est vue refuser d'avorter alors que son bébé était condamné. "J'ai demandé à nos équipes de regarder si certaines parties de notre législation empêchent nos médecins de prodiguer des soins là où ils sont nécessaires", a déclaré le ministre maltais de la Santé, Chris Fearne, aux journalistes.