Plein écran
Ecole Fondamentale libre Saint-Louis à Marchienne-au-Pont © Google

Nouveaux cas de gale dans des écoles de Charleroi

ExclusifLa semaine dernière, un cas de gale avait été découvert à l’école secondaire La Garenne à Charleroi. Il faisait suite à plusieurs contaminations de chauffeurs du Transport en Commun Charleroi (TEC Charleroi). La situation a évolué depuis lors.

Quatre nouveaux cas de gale ont été détectés dans deux écoles de Charleroi: L'École Fondamentale libre Saint-Louis à Marchienne-au-Pont et le CECS La Garenne à Charleroi.

Dans le premier établissement, trois enfants ont attrapé la maladie. Deux d’entre eux proviennent d’une même famille. La directrice, Corinne Matyszkiewicz, se veut rassurante: “Toutes les dispositions ont été prises avec notre centre PSE (Services de promotion de la Santé à L'École). J’ai suivi la législation en rapport avec les maladies transmissibles. Il n’y a pas lieu de paniquer.” Le centre PSE a comme mission la réalisation des bilans de santé, la mise sur pied de mesures adéquates en cas de survenue de maladies transmissibles, l’invitation faite aux parents à régulariser la situation vaccinale de leur enfant.

La Garenne

Dans la seconde école, un nouveau cas est donc venu s’ajouter à celui recensé la semaine dernière. C’est ce que nous avons appris de plusieurs sources concordantes. 

Pourtant, l’attachée de presse de la Ville de Charleroi, Fanny Van Leliendael, nous assure qu’il n’y a qu’un enfant touché à la Garenne: “L’élève a été pris en charge, vu par un médecin et traité. Ses frères et sœurs ont également été examinés. Cela s’est fait de concert avec le centre PMS (centre Psycho-Médico-Social). Il doit nous contacter si des démarches supplémentaires sont nécessaires. Le service de nettoyage a aussi désinfecté le local dans lequel se trouvait l’élève concerné.”

Le Centre PMS est composé de psychologues (conseillers et assistants psychopédagogiques), d’assistants sociaux (auxiliaires sociaux) et d’infirmiers (auxiliaires paramédicaux) qui travaillent en équipe. Un médecin est également attaché à chaque Centre PMS.

Les parents ont été mis au courant de la situation dans l’école: “Un courrier certifié par un médecin leur a été adressé pour les prévenir et leur donner des consignes.”

IMP René Thône

Nous avons également été averti qu’il y a trois semaines de cela, la gale a sévi à l’Institut Médico-Pédagogique René Thône à Marchienne-au-Pont. Plusieurs élèves ont été impactés. 

Ce n’était pas une première puisqu’il y a environ deux mois, un pavillon entier de l’internat était infecté. Les éducateurs et leurs enfants avaient même dû prendre des médicaments. Depuis cet instant, le personnel de l’établissement a suivi une formation délivrée par un médecin pour savoir comment agir dans le cas où le problème se présenterait de nouveau. Ce qui fut finalement le cas.

  1. Enquête sur une gorgée de vin fatale: de la drogue insérée dans une bouteille encore fermée

    Enquête sur une gorgée de vin fatale: de la drogue insérée dans une bouteille encore fermée

    Le parquet d’Anvers mène une enquête après le décès suspect d'une femme de 41 ans à Puurs-Sint-Amands fin 2019. La quadragénaire a succombé après avoir bu une simple gorgée d'un verre de vin “RED Merlot Cabernet Sauvignon 2016" de la marque Black&Bianco. La bouteille aurait été manipulée et une dose mortelle de MDMA (amphétamines) aurait été ajoutée dans le liquide. Le parquet avertit tout détenteur d’une bouteille similaire d'un risque potentiel et indique qu’il convient de prévenir la police si le bouchon d'une de ces bouteilles semble avoir été manipulé.