Plein écran
Les parents, le frère et le petit ami de Charlotte Gysel lors de l’enterrement, samedi 5 octobre © Florian Van Eenoo Photo News

“On était en ligne avec Charlotte, et puis soudain, plus rien”

Les parents de Charlotte, la jeune fille décédée dans une collision à Kortemark, ont témoigné dans un talkshow sur une chaîne flamande lundi soir. Ils expliquent avoir compris immédiatement qu’il venait de se passer quelque chose de terrible, car la mère de Charlotte lui parlait au téléphone lors de l’accident. “Soudain, je l’ai entendue paniquer et puis plus rien”, relate Griet Depreitere. 

Au lendemain d’un appel qui leur a fait chaud au coeur, l’un des ballons lâchés lors de l’enterrement de Charlotte Gysel ayant été retrouvé en Italie, les parents de l’étudiante tuée dans un accident sont venus apporter leur témoignage dans l’émission Vandaag sur één. Charlotte n’avait que 18 ans et la vie devant elle lorsque, le 27 septembre dernier, un conducteur de pick-up sous l’empire de l’alcool l’a mortellement percutée. L’homme, un trentenaire ukrainien, roulait à une vitesse excessive, à contresens et avec 2,39 pour mille dans le sang lors du drame. 

Plein écran
Funérailles de Charlotte Gysel, mortellement percutée par un conducteur en état d’ivresse © Florian Van Eenoo Photo News

“Je n’ai pu que suivre les ambulances”

Les parents de Charlotte ont courageusement commenté les faits: “Je demandais toujours à Charlotte de nous appeler lorsqu’elle montait en voiture et à son arrivée à destination. Avec le kit mains libres, naturellement, car elle était si prudente. Elle venait de nous dire qu’elle allait chercher son petit ami et puis qu’elle rentrait à la maison. Soudain, je l’ai entendue pousser un cri de peur et puis plus rien. J’ai tout de suite senti qu’il s’était passé quelque chose”, se souvient la mère. Le père de la jeune femme a immédiatement sauté dans son propre véhicule pour la retrouver et c’est là qu’il a croisé plusieurs ambulances. “J’ai été obligé de les suivre. À ce moment-là, je savais déjà, même si je ne pouvais pas encore être auprès de Charlotte”, raconte Johan Gysel.

Plein écran
Charlotte Gysel avait 18 ans © Florian Van Eenoo Photo News

Les parents ont refusé de faire part de leurs sentiments quant au contexte de l’accident et son responsable. “C’est encore trop frais”, ont-ils résumé. La mère de l’étudiante a par contre publié un message de remerciements sur sa page Facebook, reconnaissante de tout le soutien et des condoléances reçus. Les parents ont également exhorté, avec l’appui du juge du tribunal de police Geert Vandaele, à ne pas prendre le volant en ayant consommé de l’alcool. 

“Paradis ultime... c’est un signe que Charlotte nous a envoyé”

Plein écran
Lors de la cérémonie religieuse, des ballons ont été lâchés et l’un d’entre eux a été retrouvé dans un village italien: “Un signe que nous a envoyé Charlotte” © Florian Van Eenoo Photo News

Samedi dernier, les funérailles de leur fille ont été célébrées à l’église Sint-Martinus de Koekelare. Avec tous les amis de Charlotte, un émouvant lancer de ballons blancs a été organisé à la sortie de l’église, autour du cercueil blanc lui aussi. L’un des ballons munis d’un message a été retrouvé par des habitants en Italie. Le long voyage de ce ballon a touché les parents: “Cela m’a fort émue, explique la mère. Comment ce ballon a-t-il parcouru tant de kilomètres et surmonté des montagnes? L’homme qui l’a retrouvé nous a contactés et nous a dit avoir prié avec le prêtre de son village pour Charlotte. Notre foi nous donne encore plus de courage, car Charlotte commençait elle-même à devenir croyante. Alors quand on entend que ce ballon a atteint un village qui se fait appeler le “paradis ultime”... Pour nous, c’est un signe que nous envoie Charlotte”. 

Plein écran
Capture d'écran: l'un des ballons a été retrouvé en Italie: "Ils ont prié pour Charlotte" © Vandaag (één)