Plein écran
Annick Vanderkel a perdu l’usage des ses jambes après une mauvaise chute suite à une scène d’amour sur un capot de voiture (photo d’illustration). © Getty Images

Paraplégique après des ébats qui ont mal tourné, une élue de Jurbise porte plainte contre son amant

La vie d’Annick Vanderkel a basculé en novembre 2012. Tout juste élue mais pas encore installée au poste d’échevine à Jurbise, la quinquagénaire se blesse gravement lors d’ébats avec son amant et perd l’usage de ses jambes. Aujourd’hui paraplégique, Annick Vanderkel, qui a renoncé à sa carrière politique, attaque son ex-amant en justice pour  “coups et blessures involontaires” et l’ami de celui ci pour “non-assistance à personne en danger”, rapporte La Dernière Heure.

Après une réception des mérites sportifs en novembre 2012, Annick Vanderkel, élue à Jurbise sur la liste de la bourgmestre Jacqueline Galant (MR), rejoint son amant sur le site du golf de la commune. En pleins ébats sexuels sur le capot d’une voiture, la quinquagénaire glisse et sa nuque heurte le sol. Elle sent qu’il y a un problème avec ses jambes. Se rendant compte de la gravité de sa blessure, elle urge son amant d’appeler une ambulance, ce qu’il refuse, préférant appeler un ami pour la conduire à l’hôpital. Elle refera une chute en sortant de la voiture.

Sept ans plus tard, Annick Vanderkel, 62 ans, est paraplégique et n’a jamais pu exercer sa fonction politique. Comme elle l'explique au quotidien, elle a porté plainte contre son amant pour “coups et blessures involontaires” et l’ami de celui ci pour “non-assistance à personne en danger.” Tous deux comparaîtront devant le tribunal correctionnel de Mons en septembre prochain.