Plein écran
L'homme n'est vraisemblablement pas décédé d'un malaise © DR/Kristof Pieters

Père décédé au volant: une mort pas si naturelle que ça

L’enquête sur la mort d’un père à Tamise, hier à l’aube au sud d’Anvers, connaît un revirement ce samedi. Alors que la police évoquait un malaise mortel au volant, il semble finalement que le travailleur du nord d’Anvers ne serait pas décédé de mort naturelle. Plusieurs éléments ont conduit la police à changer son fusil d’épaule et la police fédérale a lancé une enquête.

La nouvelle avait fait le tour des médias belges hier: Jakub M., père d'un enfant de deux ans et dont la femme est enceinte de huit mois, a perdu la vie inopinément au volant de sa voiture dans la journée de vendredi. L’automobiliste avait été victime d’un crash à 5 heures du matin et avait été retrouvé par des riverains de la Grote Dweerstraat à Tamise, à 20 kilomètres d’Anvers. Il était à peine sur le chemin du travail, à seulement 200 mètres de son domicile. Toutes les tentatives de réanimation ont échoué.

Plein écran
L'homme n'est vraisemblablement pas décédé d'un malaise © DR/Kristof Pieters

Blessures à l’arrière de la tête

Au départ, tout indiquait qu'un malaise était à l’origine de cet accident mortel. Une autopsie systématique a été effectuée vendredi en soirée et les légistes ont découvert des lésions ante-mortem qui ne coïncidaient pas avec celles causées par l’accident. La voiture, qui s’est immobilisée dans le jardinet avant d'une maison, n’est pourtant que peu endommagée et le choc n’a donc pas été violent. La victime de 39 ans, elle, présente des blessures suspectes à l’arrière de la tête qui ne peuvent pas avoir été causées par cette collision. 

Mais les enquêteurs ne savent actuellement pas encore ce qui s’est réellement passé hier matin à Tamise. La piste criminelle est envisagée mais n’est pas la seule option. Il est en effet possible que Jakub M. se soit blessé chez lui, par exemple en se cognant, juste avant son départ et n’ait pas réalisé la gravité de sa blessure. La police s’est malgré tout rendue hier soir tard chez le carrossier où la BMW noire avait été acheminée. Depuis lors, le labo de la police fédérale et plusieurs équipes se sont rendues au domicile de la victime pour divers prélèvements. 

Une naissance toute proche

La parquet de Flandre-Orientale confirme l’enquête en cours: “Tant qu’il n'y aura pas de réponse précise à la cause de ce décès, toutes les hypothèses seront explorées”, explique An Schoonjans, porte-parole. 

Le jeune père vivait avec son épouse, enceinte de huit mois de leur second enfant, et leur fillette de deux ans. Le couple est originaire de Pologne et louait une maison à Tamise depuis quelques années. La victime était employée dans une société de transport routier à Anvers. Ses anciens collègues évoquent un homme courageux et travailleur. 

Plein écran
Jakub M. © facebook
  1. “Tu crois que papa est sur une île?”: après la disparition d'un couple de plongeurs, le fils espère encore

    “Tu crois que papa est sur une île?”: après la dispariti­on d'un couple de plongeurs, le fils espère encore

    Deux plongeurs belges ont disparu le 15 septembre dernier en mer du Nord. Le prestidigitateur Kurt Huberecht (53 ans) et sa compagne Nathalie Fiers (36 ans) avaient plongé en quête de l’épave d’un navire lorsque leur trace avait été perdue. Trois mois plus tard, les recherches pour retrouver ce couple de Flamands ont été définitivement arrêtées. “Même si nous comprenons cette décision, c’est quand même très difficile”, a confié la mère de Kurt à nos confrères de Het Laatste Nieuws. “Nous nous accrochons à cette étincelle d’espoir que leurs corps remonteront encore à la surface”.