Plein écran
© Photo News

Plainte pour enlèvement et tentative d'extorsion à Schaerbeek: une enquête est ouverte

Un homme a porté plainte lundi vers 05h00 du matin dans un commissariat de Schaerbeek pour enlèvement, coups et blessures et tentative d'extorsion, selon une information publiée jeudi par RTLinfo et confirmée par le parquet de Bruxelles. Ce dernier précise qu'une information judiciaire est en cours pour détention arbitraire et tentative d'extorsion. Aucun suspect n'a pour l'instant été interpellé.

Le parquet a ordonné plusieurs devoirs d'enquête. Il a notamment demandé à visionner les images des caméras de surveillance et a sollicité le laboratoire de la police fédérale. 

Selon RTLinfo, il pourrait s'agir d'un groupe qui enlève depuis 2 ans des personnes proches du milieu criminel ou disposant d'importantes sommes d'argent. 

La victime travaille dans la vente de voitures. Il a déclaré au média avoir été enlevé chaussée de Haecht à Evere par trois hommes encagoulés et armés. Il aurait reçu deux coups de crosse sur la tête alors qu'il essayait de s'enfuir. Il aurait ensuite été ligoté, placé à l'arrière de son propre véhicule puis amené dans un bâtiment. Ses agresseurs lui aurait alors réclamé 100.000 euros sous la menace d'une grenade. Comme il ne disposait pas de la somme en question, il aurait été déposé dans la cité Germinal à Evere, toujours selon RTLinfo. La victime s'est rendue au CHU Brugmann pour faire constater ses blessures avant de se rendre au commissariat.

  1. En couple avec un détenu, la surveillante est téléguidée par son conjoint: “J’avais une oreillette”
    France

    En couple avec un détenu, la surveillan­te est téléguidée par son conjoint: “J’avais une oreillette”

    Amoureuse d’un détenu, une surveillante de prison française, officiant dans un centre de détention de l’Orne, a enfreint les règles de l'établissement pour fournir, notamment, des cartes SIM et téléphones portables à son conjoint. Sous emprise, la quadragénaire portait en permanence une oreillette qui permettait à sa moitié de lui dicter sa conduite, rapporte Ouest-France.