Plein écran
Archives. © Toon Royackers

Plus de 1.000 victimes belges d'une organisation criminelle active dans le trafic de voitures en Europe

Mise à jourUne organisation criminelle active au niveau européen dans le détournement de véhicules a fait plus de 1.000 victimes en Belgique, selon un bilan provisoire publié vendredi par le parquet fédéral. Dans cette affaire, 42 personnes ont été inculpées et 33 placées sous mandat d’arrêt jusqu’à présent.

Depuis le 7 mai, quelque 250 perquisitions ont été menées, notamment sous la direction de juges d’instruction de Bruxelles et de Charleroi.

Parmi les inculpés, certains sont suspectés d’avoir utilisé frauduleusement les moyens mis à leur disposition en raison de leurs fonctions professionnelles ou de leurs compétences spécifiques. Il s’agit, par exemple, d’un notaire, de trois policiers, de garagistes ou tenanciers de car-wash, d’un courtier en assurance, de personnes chargées de désactiver les systèmes d’alarmes ou les traceurs GPS présents dans des véhicules haut de gamme, d’un fournisseur d’armes ou encore d’une personne travaillant à Direction pour l’immatriculation des véhicules.

Les chefs d’inculpation sont divers, à savoir corruption, blanchiment, violation du secret professionnel, recel, infraction à la loi sur les armes, vol, escroquerie, consultation illicite des banques de données et participation aux activités d’une organisation criminelle.

“Le rôle de ces ‘facilitateurs’ est important car, sans leur aide, le trafic des véhicules frauduleusement acquis aurait été entravé voire impossible”, a expliqué le parquet fédéral par communiqué.

Des Ferrari, des Porsche et des Bentley

Lors des différentes perquisitions, 91 caravanes ont été saisies, dont une trentaine étaient soit inoccupées soit déclarées volées, notamment en France ou en Allemagne. Parmi les quelque 300 caravanes présentes le 7 mai dernier, seules celles potentiellement liées aux faits criminels visés ont été confisquées. Par ailleurs, les policiers ont procédé à la saisie de 150 véhicules, parmi lesquels des véhicules de luxe de marque Ferrari, Porsche et Bentley, ainsi que d’une dépanneuse ayant pu servir lors de différents faits. 

A ces véhicules s’ajoutent encore plus de 30 armes, dont des armes de poing et des armes de guerre (type m16), des montres de luxe et environ 1 million et demi d’euros récupérés dans des coffres, des comptes en banque ou dissimulés notamment dans des tuyaux d’aération de caravanes. De plus, 34 immeubles ont également été saisis.

Le parquet précise qu’”il n’a été nullement question dans ce dossier de s’attaquer à l’une ou l’autre communauté, mais bien aux activités du crime organisé”. Les familles des suspects incarcérés ou interpellés se sont vu proposer une aide qu’elles ont majoritairement déclinée.