Policiers agressés à Anderlecht : un deuxième suspect sous mandat d’arrêt

Le juge d'instruction a placé un deuxième suspect sous mandat d'arrêt dans le cadre de l'enquête sur les violences subies par des policiers en intervention à Anderlecht, indique le parquet de Bruxelles. L'homme que les policiers tentaient d'interpeller sur la vidéo diffusée par le syndicat SLFP, a lui été placé sous mandat vendredi.

Capture d'écran
Plein écran
Capture d'écran © Facebook

Le parquet de Bruxelles a ouvert une enquête jeudi à propos de personnes qui ont fait usage de violence pour empêcher l'interpellation. 

Sur les images diffusées par le SLFP, on voit des agents en intervention à Anderlecht se faire encercler alors qu'ils tentent de maîtriser un homme au sol. Des personnes aux alentours essaient de libérer l'homme au sol et donnent des coups.

"Un deuxième suspect a été appréhendé et placé sous mandat d'arrêt pour rébellion en bande. Il s'agit de quelqu'un déjà connu de la justice", a précisé la porte-parole du parquet, Willemien Baert. 

Un de agents visés a le nez cassé et souffre d'une commotion cérébrale.

  1. Kidnapping à Genk: “L'implication possible de musulmans radicalisés, une évolution inquiétante”

    Kidnapping à Genk: “L'implica­ti­on possible de musulmans radica­lisés, une évolution inquiétan­te”

    L'implication présumée de Khalid Bouloudo, âgé de 45 ans et originaire de Maaseik, dans l'enlèvement et la séquéstration d'un garçon de 13 ans de Genk, est jugée "surprenante" par l'expert en terrorisme Pieter Van Ostaeyen. "Nous ne savons pas quel était le motif de l'enlèvement ou ce qui se cache derrière, mais l'implication possible de musulmans radicalisés constitue une évolution inquiétante selon moi. (...) Il s'agit de la première résurgence depuis des années dans le milieu extrémiste musulman.”
  2. La rançon du kidnapping de l’enfant enlevé à Genk devait-elle servir à financer le terrorisme?
    Play

    La rançon du kidnapping de l’enfant enlevé à Genk de­vait-el­le servir à financer le terrorisme?

    Un garçon de 13 ans enlevé chez lui par un groupe d’hommes lourdement armés et masqués dans la nuit du lundi 20 au mardi 21 avril a été libéré cette nuit, après des négociations opérées pendant des semaines entre la famille et les ravisseurs, qui exigeaient une importante rançon (5 millions d’euros selon certains médias). Il apparaît désormais, selon plusieurs médias, que les ravisseurs sont en réalité tous liés à la mouvance salafiste et djihadiste. Il ne s’agit donc peut-être pas d’un simple règlement de comptes lié à la drogue.