Plein écran
Bernard Preynat. © EPA

“Quatre ou cinq enfants par semaine”: les aveux glaçants d'un ex-prêtre français

Pendant vingt ans, "ça arrivait tous les week-ends, et pendant les camps, ce pouvait être quatre ou cinq enfants en une semaine": le procès de l'ex-prêtre Bernard Preynat, dont les agissements pédophiles tus par l'Église de France ont déclenché un scandale retentissant, a débuté mardi, plus de 30 ans après les faits.

"Pour moi, à l'époque, je ne commettais pas d'agressions sexuelles mais des caresses, des câlins. Je me trompais. Ce qui me l'a fait comprendre, ce sont les accusations des victimes", se défend l'ancien prêtre, aujourd'hui âgé de 74 ans, qui comparaît pour des faits commis entre 1971 et 1991 quand les victimes étaient âgées de 7 à 15 ans.

Bernard Preynat, alors vicaire-aumônier scout de Sainte-Foy-Les-Lyon, non loin de Lyon, faisait à l'époque l'admiration des parents du diocèse qui lui confiaient leurs enfants, dans sa paroisse ou lors de camps à l'étranger.

Ce n'est qu'en 2015 que plusieurs anciens scouts brisent l'omerta et accusent Preynat devant la justice d'attouchements, baisers sur la bouche et caresses réciproques contraintes, notamment sur le sexe.

Ces agissements ont été passés sous silence par l'Église de France, provoquant la condamnation du cardinal Philippe Barbarin, en mars 2019, à six mois de prison avec sursis. Ce dernier a été reconnu coupable de ne pas avoir informé la justice et d'avoir maintenu le prêtre en poste dans le diocèse jusqu'en 2015, alors que Bernard Preynat était passé aux aveux devant ses supérieurs dès 1991.

“Quatre ou cinq enfants en une semaine”

Désormais en retrait du diocèse - sa démission a été refusée par le pape - le cardinal Barbarin attend en coulisses la décision de la cour d'appel sur son dossier. Elle sera rendue le 30 janvier.

"Je savais bien que ces gestes étaient interdits, des caresses que je n'aurais pas dû faire. D'ailleurs c'était en cachette", admet Bernard Preynat, très droit à la barre, les bras le long du corps et la voix un peu cassée. "Et cela m'apportait du plaisir sexuel forcément".

En marge de l'audience, Me Emmanuelle Haziza, l'avocate d'une des victimes, Pierre-Emmanuel Germain Thill, estime être "face au plus grand prédateur sexuel de la région. A la fois, il nie le caractère sexuel de ce qu'il a fait subir aux gamins, mais avoue avoir touché des centaines et des centaines d'enfants".

A la barre, le prévenu évoque "quatre ou cinq enfants en une semaine”. "Cela fait presque un enfant par jour", constate la présidente Anne-Sophie Martinet.

“Pouvoir absolu”

François Devaux, l'une des victimes de Preynat et co-fondateur de l'association La Parole Libérée admet: "le moment que je vis là, au procès, c'est le plus dur que j'ai vécu depuis le début de l'affaire". Avant de parler de "l'enfer" qu'il a fait vivre ensuite à ses parents - les seuls à avoir alerté les autorités ecclésiastiques sur les faits subis par leur fils -, à toute sa famille, "la violence" qui l'habitait, son adolescence "très difficile, très compliquée".

Pour la première fois, François Devaux parle aussi de sa "tentative de suicide". "Avant, je crois, j'étais un enfant lumineux. Après ça, j'ai vécu une vie très sombre (...) flirté avec des choses très dangereuses".

"Souffrance, colère... Quelle que soit la décision de ce procès, le préjudice, le traumatisme subi dans mon enfance continuera. Ma responsabilité, c'est que cela ne se reproduise plus", relève celui qui, avec La Parole Libérée, est parvenu à faire comparaître l'archevêque de Lyon Philippe Barbarin devant la justice pour ses silences sur les actes de Preynat.

Dix parties civiles, sur 35 victimes entendues pendant l'enquête, sont constituées au procès, beaucoup de faits étant frappés de prescription.

L'ex-curé, réduit à l'état laïc au terme de son procès canonique l'été dernier, encourt jusqu'à 10 ans d'emprisonnement.

  1. De 10 à 15 ans de prison requis contre les cinq prévenus
    procès pédopornographie

    De 10 à 15 ans de prison requis contre les cinq prévenus

    Une deuxième journée est prévue au procès pour pédopornographie, devant le tribunal correctionnel de Termonde. La prochaine audience aura lieu le 11 février à 14h00. Le jugement est attendu au plus tôt le 10 mars. Le tribunal a requis la présence de l’un des prévenus, Dimitry D., à la prochaine audience. Celui-ci était effectivement absent vendredi, ce qui n’a pas plu à la juge. Le parquet a requis entre 10 et 15 ans de prison à l’encontre des cinq prévenus.
  2. Cinq hommes et sept femmes pour juger le meurtre du Decathlon d'Anderlecht

    Cinq hommes et sept femmes pour juger le meurtre du Decathlon d'Ander­lecht

    La cour d'assises de Bruxelles-Capitale, délocalisée en Brabant wallon, s'est réunie vendredi à Nivelles pour désigner le jury qui, à partir du jeudi 30 janvier, planchera sur un dossier du meurtre commis sur le site du magasin Decathlon d'Anderlecht dans la nuit du 5 au 6 juin 2016. L'accusé, G., 21 ans, originaire de Court-Saint-Etienne, était mineur d'âge au moment des faits. Il est poursuivi pour le viol et le meurtre d'une jeune fille âgée de 17 ans et demi dont le corps avait été découvert dénudé, en contrebas du toit du magasin Decathlon d'Anderlecht, quelques heures après les faits.