Plein écran
© Hans Verbeke

Ridouan O., qui aurait égorgé son ex, insulté par sa belle-sœur en pleine reconstitution

Mise à jourUne reconstitution du meurtre de Jill Himpe s’est déroulée ce jeudi de 14 à 15 heures à Aalbeke, en région courtraisienne. La victime de 36 ans aurait été égorgée par Ridouan O., son ex-compagnon qui la terrorisait. Le suspect âgé de 39 ans collabore à l’enquête et a répété les gestes terribles qu’il a, de ses propres aveux, posés mardi sur la jeune femme de 36 ans. Lors de la reconstitution, la sœur de la victime s’en est prise au suspect. La police a dû intervenir. 

Les faits criminels reprochés au suspect se sont produits en deux temps, à deux endroits différents. Contrairement à ce qui a précédemment été avancé, le meurtre a bien eu lieu le long de la chaussée de Mouscron à Aalbeke mardi matin. C’est seulement par la suite que le suspect s’est rendu rue du Rossignol à Wevelgem mardi soir pour jeter le corps sans vie de Jill Himpe au domicile de sa propre mère. 

Plein écran
Le corps a été déposé chez le mère de la victime, rue du Rossignol à Wevelgem © Hans Verbeke

L’homme, prénommé Ridouan O., a ensuite utilisé le véhicule de sa victime et ex-compagne pour se rendre chez un avocat de la région de Gand et préparer sa défense. L’homme connaissait bien son conseil, qui avait plaidé pour lui dans plusieurs dossiers dans le passé. L’avocat l’aurait encouragé à appeler la police et à se rendre. Le suspect de 39 ans, qui est depuis lors officiellement passé aux aveux, s’est arrêté sur un parking réservé au covoiturage à hauteur de Deerlijk sur la E17 entre Courtrai et Waregem. C’est là qu’il a été arrêté.

Plein écran
Jill Himpe (36 ans) était terrorisée par son ex. Elle avait fui en pleine nuit pour se réfugier dans sa famille, mais celui-ci l’a retrouvée © rv
Plein écran
Ridouan O. (39 ans) a, selon ses propres aveux, tranché la gorge de son ex-compagne © Hans Verbeke

Le suspect insulté par son ex-belle-soeur

Comme à leur habitude dans de telles circonstances, les enquêteurs ont isolé les lieux de la reconstitution des faits en plaçant des barrières et des bâches opaques. Derrière les voiles noirs, une voiture utilisée pour les contrôles de vitesse de la police a remplacé la Peugeot 308 SW de Jill Himpe dans laquelle elle a été égorgée. Si son véhicule n’a pas été acheminé sur place, c’est parce qu’il est un élément de preuve déterminant dans le dossier. Remplie d’empreintes, d’ADN et de traces de sang de la victime à l’intérieur comme à l’extérieur, la voiture doit encore faire l’objet de nombreuses analyses légales. La vitre côté conducteur a été brisée au cours de la scène dramatique qui s’est jouée. 

Quelques membres de la famille de la victime ont souhaité assister à la reconstitution des faits, qui n’a provoqué que peu de perturbations sur la voie publique. Mais des heurts ont rapidement éclaté entre la soeur de la victime et le suspect. La sœur de Jill Himpe se serait en effet mise à crier et à insulter le meurtrier présumé de sœur, relate Het Laatste Nieuws. La police a dû s’interposer et la jeune femme a été conduite dans un combi de police pour se calmer et a pu quitter les lieux peu après. En une heure à peine, les faits ont été reproduits et enregistrés et Ridouan O. a aussitôt été emmené jusqu’à Wevelgem, où il s’est débarrassé du corps, en compagnie de la cellule d’enquête, du parquet et de son avocat. 

Ridouan O. comparaîtra vendredi devant la chambre du conseil qui décidera certainement de son maintien en détention.

Plein écran
Les lieux du crime, sur la chaussée de Mouscron à Aalbeke © Hans Verbeke
Plein écran
Les lieux du crime et donc de la reconstitution ont été mis à l’abri des regards © Hans Verbeke
Plein écran
La police avait fermé la zone de la reconstitution durant une heure © Hans Verbeke
Plein écran
Le périmètre n’était accessible qu’aux policiers et magistrats ainsi qu’au suspect, son avocat et la famille de la victime © Hans Verbeke