Plein écran
La victime a rencontré les trois hommes dans le Red & Blue à Anvers. © Getty Images/iStockphoto

Sa première sortie en tant que femme a viré au drame

Une jeune transgenre de 17 ans sortait pour la première fois en tant que fille dans le club Red & Blue, à Anvers, lorsqu’elle a été emmenée et violée par trois hommes âgés de 24, 25 et 34 ans. Le tribunal correctionnel d’Anvers les a condamnés à cinq ans d’emprisonnement.

Le 22 juin 2018, la victime passait la soirée avec deux de ses amis quand elle a été harcelée par un homme de 34 ans. Sortie pour prendre l’air, elle a été suivie par son harceleur. En un instant, elle s’est retrouvée dans un taxi, avec trois hommes. Pendant le trajet, celui de 24 ans est devenu plus entreprenant et la jeune femme s’est sentie trop faible que pour le repousser.

Morsure

Le trio a conduit la jeune femme dans un appartement de la rue De Gryspeerstraat à Deurne, où ils l’ont violée. Elle est parvenue à s’échapper en mordant l’un d’eux dans les parties génitales.

Après sa fuite, la jeune femme a porté plainte. Lors du procès, son avocat a plaidé que le fait qu’elle sortait pour la première fois en tant que fille aggravait son traumatisme. 

Les violeurs ont été identifiés grâce à des données émises par leurs téléphones. Lors de leur arrestation, ils ont tout nié et ont même prétendu ne pas s’être rendus à la boite Red & Blue. Les traces d’ADN retrouvées sur la victime correspondaient pourtant aux leurs.

Un “signal fort”

Le tribunal d’Anvers a décidé d’attribuer une peine de cinq ans de prison aux accusés afin de délivrer un “signal fort” à la société, “pour montrer que de tels agissements ne sont pas tolérés”, a déclaré le juge avec sévérité.

La victime a également reçu une indemnisation de 5.500 euros. Son avocat Kristof Lauwens se dit satisfait du verdict. “Ma cliente peut désormais tourner la page. Le plus important, c’est que les faits ont été prouvés et qu’elle ait officiellement été reconnue comme victime”.

  1. Il met en scène le suicide de sa femme, qui l’incrimine in extremis
    Mise à jour

    Il met en scène le suicide de sa femme, qui l’incrimine in extremis

    “Elle s’est coupé les veines”, a crié Ken M. en “panique” à son père. En réalité, le quadragénaire d’Aarschot venait de trancher les veines de son épouse à l’un des poignets et à la forcer à écrire une lettre d’adieux. Il l’a alors laissée se vider de son sang en espérant que tous pensent qu’elle avait mis fin à ses jours, mais la victime est parvenue in extremis à contacter les secours: “C’était mon mari”, a-t-elle eu le temps de leur dire. L’homme qui comparaissait libre a écopé de dix ans de prison ce matin, au tribunal de Louvain. Le juge a ordonné son incarcération immédiate.