Plein écran
Annita et Arnaud, le fils de neuf ans de Kurt. © Benny Proot

“Tu crois que papa est sur une île?”: après la disparition d'un couple de plongeurs, le fils espère encore

Deux plongeurs belges ont disparu le 15 septembre dernier en mer du Nord. Le prestidigitateur Kurt Huberecht (53 ans) et sa compagne Nathalie Fiers (36 ans) avaient plongé en quête de l’épave d’un navire lorsque leur trace avait été perdue. Trois mois plus tard, les recherches pour retrouver ce couple de Flamands ont été définitivement arrêtées. “Même si nous comprenons cette décision, c’est quand même très difficile”, a confié la mère de Kurt à nos confrères de Het Laatste Nieuws. “Nous nous accrochons à cette étincelle d’espoir que leurs corps remonteront encore à la surface”.

Kurt Huberecht et sa petite amie Nathalie Fiers, étaient partis à la recherche de l’épave d'un navire, à 27 kilomètres des côtes de Nieuport, dans les eaux françaises. Cette sortie en mer était un cadeau de Kurt à Nathalie, pour célébrer leurs deux ans de relation. S'ils étaient des plongeurs expérimentés, les deux amoureux ne sont jamais remontés à la surface. Après trois mois de recherches désespérées, la police a finalement informé que la mission était définitivement abandonnée.

“D’une certaine façon, nous comprenons cette décision. Où seraient-ils censés chercher maintenant?”, a déclaré la mère de l'illusionniste, Annita Coolman (74 ans). “Mais la nouvelle est très difficile à accepter. Parce que cela signifie que nous ne saurons probablement jamais ce qui leur est arrivé. Que nous ne saurons jamais pourquoi ils n’ont pas refait surface ce dimanche après-midi, ou s’ils ont abandonné. Et sans ces réponses, il est difficile d’entamer le processus de deuil. C’est tellement irréel d’avoir à pleurer son fils en tant que mère. Ce n’est pas juste”.

Aujourd’hui, le fils de Kurt, Arnaud, neuf ans, espère encore revoir son père. Alors que nos confrères de Het Laatste Nieuws étaient venus à la rencontre de sa grand-mère, le petit garçon a lancé: “Grand-mère? Tu crois que papa est encore en vie? Et qu’il est assis quelque part sur une île déserte en attendant qu’on le trouve, comme dans le film?”

“Sans mon petit-fils, j’aurais perdu pied il y a longtemps. Mais j’essaie d’être forte pour lui”, poursuit Annita. “Quand il est là, je ne pleure jamais. Ce n’est que quand il dort que je peux laisser couler mes larmes. Même si mon cœur se brise à chaque fois qu’il dit: ‘Mon papa me manque’. La semaine dernière, il a regardé ce film avec Tom Hanks dans lequel un homme, après un accident d’avion, se retrouve sur une île déserte et y survit pendant des mois jusqu’à ce que quelqu’un le trouve (“Seul au monde”, N.D.L.R.). Et depuis, évidemment, il espère qu'il est arrivé la même chose à Nathalie et à son père”.

Plein écran
Kurt et Nathalie. © DR

Un couple d’artistes

Kurt et Nathalie se sont rencontrés il y a deux ans. Lui gagnait sa vie en tant qu’illusionniste, et s’était illustré lors de son passage dans “Belgium’s Got Talent” en 2016. Elle était chanteuse dans le groupe de reprises Dust. Après sa disparition, les musiciens ont décidé de ne pas chercher de nouvelle chanteuse, et ont continué les concerts, “en hommage” à Nathalie. 

“Ils s’étaient vraiment trouvés tous les deux”, ajoute Annita. “Quelques mois avant leur disparition, ils ont acheté une maison ensemble à Torhout. Ils étaient en train de la rénover. Arnaud demande souvent: ‘Quand est-ce que papa et Nathalie reviendront, pour qu’ils puissent continuer à travailler dans leur maison?’ Il vit avec moi maintenant, et j’essaie de l’éduquer avec les valeurs que Kurt aurait aimé lui transmettre. Et aussi difficile que cela puisse être, je n’essaie pas de le surprotéger après ce qui est arrivé à mon fils. Je veux que sa vie soit aussi normale que possible”.

Pas le cœur à la fête

Et le fait de mener une vie "normale” comprend également un sapin de Noël, même si Annita n’a pas le cœur à la fête. “J’ai pleuré toute la journée en l’installant. L’odeur du pin, les lumières scintillantes, les boules de Noël: toute ma vie, le sapin a été synonyme de fête. Mais qu’en est-il maintenant? Que nous reste-t-il à célébrer? Que dois-je dire quand quelqu’un me souhaite une bonne et heureuse année? Je ne suis pas heureuse. J’ai perdu mon fils et après trois mois, je ne sais toujours pas quoi faire”. 

Annita ne supporte plus les rumeurs sur la disparition de son fils et de sa petite amie. “J’ai entendu les histoires les plus folles dernièrement. Des gens disent que Kurt et Nathalie n’ont pas du tout plongé, mais que c’est un tour de magie de mon fils, une grande disparition. Ça m’énerve tellement. Je m’accroche encore à une étincelle d’espoir: que leurs corps remonteront bientôt et que nous pourrons leur dire au revoir d’une manière décente. J’espère que nous aurons l’occasion de le faire”, conclut-elle.

Tout a été mis en œuvre pour les retrouver

Après l’arrêt des recherches, Alain Remue, le chef de l’Unité des personnes disparues, a expliqué à Het Laatste Nieuws à quel point il était difficile de prendre une telle décision. “Le plus important, c’est de se demander si tout a été fait. Dans ce cas, la réponse est oui. Il y a eu des recherches massives et aucune d’entre elles n’a abouti à quoi que ce soit. L’emplacement joue également un rôle important. En haute mer, où il y a beaucoup de courant, et les recherches sont beaucoup plus difficiles que dans un lac, par exemple (...) L’expérience m’a appris qu’un corps en eau libre peut flotter à des dizaines, voire des centaines de kilomètres de distance après presque trois mois. De plus, cette épave est située dans les eaux françaises. Ça complique aussi les choses, parce qu’à l’étranger, on ne fait pas que ce que l’on veut”.

“Évidemment, c’est une conversation très difficile à avoir avec les proches des disparus. Nous tenons à être aussi transparents que possible et à expliquer pourquoi cette décision a été prise. Bien souvent, ils comprennent”, conclut-il. 

  1. “Coup de balayette et coups de poing” d’un éducateur sur des enfants en classe de neige
    Play
    Interview

    “Coup de balayette et coups de poing” d’un éducateur sur des enfants en classe de neige

    Marcinelle en Montagne est une initiative appréciée dans la région de Charleroi. Elle permet aux élèves des écoles communales de Charleroi, des écoles libres et de la Fédération Wallonie-Bruxelles présentes sur l’entité de Charleroi de partir au Mont Blanc entre les mois de janvier et mars. Mais cette année, un sérieux incident vient entacher le bon déroulement des opérations.