Tué par le piège anti-cambriolage qu’il avait lui-même inventé

Un Américain est mort dans le piège mortel qu’il avait lui-même tendu à de potentiels cambrioleurs, relatent les médias outre-Atlantique. Ronald Cyr, un habitant du Maine, avait en effet placé une arme prête à tirer sur qui ferait intrusion à son domicile, mais cela lui a coûté la vie.

Illustration
Plein écran
Illustration © thinkstock

Ronald Cyr, 65 ans, a appelé la police après avoir été blessé par balle à son domicile mais n’a pas survécu à ses blessures malgré l’intervention des secours. Sur les lieux de l’accident, les agents ont découvert un système saugrenu inventé par la victime. Le piège devait neutraliser d’éventuels malfrats au moment où ils foulaient le sol de la maison mais le propriétaire semble avoir involontairement actionné le dispositif, qui s’est retourné contre lui. 

Dans cette maison située dans la ville de Van Buren, les policiers ont remarqué d’autres systèmes inquiétants visiblement installés par le bricoleur décédé. Par sécurité, des experts en explosifs ont été dépêchés sur place afin de sécuriser la zone et de désamorcer d’autres pièges et armes à feu.

La police a ensuite décidé d’elle-même avertir la population des risques encourus avec de tels dispositifs faits maison, via une publication Facebook. De tels pièges mortels amateurs seraient en effet de plus en plus fréquemment utilisés par des habitants inquiets, soulignent les médias. C’est dans des circonstances similaires qu’un habitant de l’Illinois a trouvé la mort l’an dernier, alors qu'il poussait simplement la porte de la grange d'un voisin et ami. Un piège relié à une arme à feu s’était enclenché, ne lui laissant aucune chance. En février dernier, un piège actionnant un couteau dans un escalier avait été découvert par la police à Philadelphie. 

  1. La rançon du kidnapping de l’enfant enlevé à Genk devait-elle servir à financer le terrorisme?
    Play

    La rançon du kidnapping de l’enfant enlevé à Genk de­vait-el­le servir à financer le terrorisme?

    Un garçon de 13 ans enlevé chez lui par un groupe d’hommes lourdement armés et masqués dans la nuit du lundi 20 au mardi 21 avril a été libéré cette nuit, après des négociations opérées pendant des semaines entre la famille et les ravisseurs, qui exigeaient une importante rançon (5 millions d’euros selon certains médias). Il apparaît désormais, selon plusieurs médias, que les ravisseurs sont en réalité tous liés à la mouvance salafiste et djihadiste. Il ne s’agit donc peut-être pas d’un simple règlement de comptes lié à la drogue.