Illustration - "Pas une lockdown party mais un barbecue sympathique", nuance l'un des intéressés...
Plein écran
Illustration - "Pas une lockdown party mais un barbecue sympathique", nuance l'un des intéressés... © Shutterstock

Un ex-échevin qui se remet du Covid et un membre du conseil du CPAS verbalisés lors d'une lockdown party

La police de Saint-Trond a mis fin à une nouvelle “lockdown party”, fête interdite donnée malgré le confinement, samedi soir vers 20h30. Parmi les invités présents à ce barbecue , deux figures connues de la région ont été verbalisées. Il s’agit de Pascal Vossius (Open VLD), ex-échevin trudonnaire dont les beaux-enfants donnaient la fête, mais aussi d’un membre du conseil d’administration du CPAS local. 

Il semble que même la volonté des politiciens fond au premier rayon de soleil et qu'ils ne parviennent pas tous à respecter le mot d’ordre décidé par leurs pairs. En effet, la police a mis un terme à un barbecue organisé à Saint-Trond hier soir, contre toutes les mesures de confinement. À la petite fête se trouvait notamment Jonas Schroyens, membre Open VLD du Conseil d’administration du CPAS flamand. Il reconnaît que le barbecue n’était pas l’idée du siècle: “Je suis venu alors qu’il n’y avait encore que cinq personnes sur place. J’aurais en effet dû quitter ce barbecue. Je tiens cependant à insister sur le fait qu’il ne s’agissait pas vraiment d'une “lockdown party”. Nous parlons plutôt ici d'un petit barbecue sympathique avec de la famille et quelques amis organisé par les filles d'une mère de famille”, tente de tempérer l’intéressé. 

Hospitalisé pour le Covid-19 en avril

Vraie fête ou pas, l’événement reste interdit et la police a dressé quelque 14 PV contre tous les participants. Parmi eux également, un ex-échevin Open VLD, Pascal Vossius. Le repas au jardin était organisé par les filles de sa compagne. Détail peu anodin, l’élu a lui-même été admis à l’hôpital de Saint-Trond en avril après avoir été infecté par le Covid-19 et est donc toujours convalescent. La voiture de Goedele Liekens, figure de la télévision flamande et elle aussi devenue élue Open VLD aux dernières élections, se trouvait également dans l’allée. Mais elle n’était cependant pas présente: c’est son beau-fils qui avait en réalité emprunté sa voiture pour se rendre à la petite sauterie. 

La police trop bavarde? “Je ne comprends pas qu’en 10 minutes, c’était sur les réseaux sociaux”

Cette dernière n’est pas du tout amusée par cet écart de conduite de ses colistiers et de son beau-fils: “À toute fin utile, je n’y étais pas hein! Alexander, le petit-ami de ma fille Merel, avait pris ma voiture pour rendre visite à sa grand-mère, dans les environs de Saint-Trond. En effet, la voiture est bien à mon nom, mais ce sont les enfants qui l’utilisent. Il s’est fait débaucher sur la route du retour et s’est arrêté à ce barbecue. Et non, ce n’était pas malin. Mais je ne suis pas sa mère non plus. Si je suis fâchée? Eh bien, je ne l’ai pas encore vu, mais ce ne sera pas le meilleur petit-déjeuner de Fête des Mères”, a lancé la sexologue libérale. Laquelle critique par contre le fait que, quelques minutes après la descente de police, les réseaux sociaux étaient déjà alertés de la présence de son véhicule dans l’allée. “Y a-t-il là respect de la vie privée? (...) Si j’envisage une plainte au Comité P? Je ne sais pas encore mais je l’envisage”, glisse dans Het Laatste Nieuws celle qui reproche à la police d’avoir aussitôt divulgué l’identité de la propriétaire de la plaque d’immatriculation.

Amende salée

La bourgmestre de Saint-Trond Veerle Heeren (CD&V) se dit extrêmement dérangée par l’incident. “Je suis très choquée. La police locale a déjà lancé une enquête”, a confirmé celle qui est à la tête de l’une des villes les plus touchées par le virus dans le pays. “Nous avons dressé 14 procès-verbaux”, a de son côté commenté le chef de la zone de police, Steve Provost. “Les amendes vont de 250 euros pour les invités à 750 euros pour les organisateurs”.

Licencié?

Quant aux sanctions internes, elles risquent de tomber sous peu. Le président de l’Open VLD trudonnaire promet que l’affaire sera étudiée au calme. “L’exclusion de Jonas Schroyens du CPAS n’est pas encore à l’ordre du jour. D’abord, nous devons nous entretenir avec lui et puis nous en déciderons. Mais je n’approuve évidemment pas ce barbecue. Soyons très clairs là-dessus”, a-t-il résumé.

Contrairement à ce qui s'est dit sur les réseaux sociaux, Goedele Liekens n'était pas présente à la fête: son beau-fils avait emprunté sa voiture
Plein écran
Contrairement à ce qui s'est dit sur les réseaux sociaux, Goedele Liekens n'était pas présente à la fête: son beau-fils avait emprunté sa voiture © Photo News
  1. Kidnapping à Genk: “L'implication possible de musulmans radicalisés, une évolution inquiétante”

    Kidnapping à Genk: “L'implica­ti­on possible de musulmans radica­lisés, une évolution inquiétan­te”

    L'implication présumée de Khalid Bouloudo, âgé de 45 ans et originaire de Maaseik, dans l'enlèvement et la séquéstration d'un garçon de 13 ans de Genk, est jugée "surprenante" par l'expert en terrorisme Pieter Van Ostaeyen. "Nous ne savons pas quel était le motif de l'enlèvement ou ce qui se cache derrière, mais l'implication possible de musulmans radicalisés constitue une évolution inquiétante selon moi. (...) Il s'agit de la première résurgence depuis des années dans le milieu extrémiste musulman.”
  2. La rançon du kidnapping de l’enfant enlevé à Genk devait-elle servir à financer le terrorisme?
    Play

    La rançon du kidnapping de l’enfant enlevé à Genk de­vait-el­le servir à financer le terrorisme?

    Un garçon de 13 ans enlevé chez lui par un groupe d’hommes lourdement armés et masqués dans la nuit du lundi 20 au mardi 21 avril a été libéré cette nuit, après des négociations opérées pendant des semaines entre la famille et les ravisseurs, qui exigeaient une importante rançon (5 millions d’euros selon certains médias). Il apparaît désormais, selon plusieurs médias, que les ravisseurs sont en réalité tous liés à la mouvance salafiste et djihadiste. Il ne s’agit donc peut-être pas d’un simple règlement de comptes lié à la drogue.