Plein écran
Kurt Huberecht en vriendin Nathalie © rv

Un illusionniste et sa compagne disparaissent en mer du Nord: les recherches abandonnées

Deux plongeurs belges ont disparu dimanche midi en mer du Nord. Le couple de Flamands avait plongé à la recherche de l’épave d'un navire lorsque sa trace a été perdue. Il s’agit d’un illusionniste de 53 ans, Kurt Huberecht, et de sa compagne de 36 ans, Nathalie Fiers. Les plongeurs qui les accompagnaient ont tout tenté pour les retrouver, en vain. Les secours ont aussitôt été avertis et un hélicoptère a ratissé la zone située entre les eaux françaises et belges mais l’arrêt des recherches a été décidé vers midi ce lundi: “Il faut être réaliste, les chances de survie sont trop minces”.

Le père de la trentenaire était déjà de moins en moins optimiste ce matin: “Nous gardons une lueur d’espoir, mais les chances que cela se termine bien sont plus infimes à chaque minute écoulée”, expliquait-il à Het Laatste Nieuws. Kurt Huberecht, l’autre plongeur disparu, est un habitant de Torhout quelque peu connu en Flandre sous le nom de scène “Kurt Katana”. Le magicien s’était illustré lors de son passage dans Belgium’s Got Talent en 2016. Avant sa carrière d’illusionniste, il était également patron du café Place Magique dans la commune flamande, avec sa mère. 

Plein écran
“Kurt Katana” s’était présenté à Belgium’s Got Talent en 2016 © rv

Personne dans l’épave

Le quinquagénaire avait une autre grande passion dans la vie: la plongée. Passion qu’il partageait avec Nathalie, la jeune femme qu’il avait rencontrée après son divorce. Cette dernière n’avait obtenu son brevet de plongée qu’il y a un an. Son père réalisait très bien ce matin déjà que le temps jouait contre le couple: “L’opération de recherches a été relancée ce matin avec un hélicoptère. La mer sera plus houleuse cet après-midi, ce qui rendra les recherches plus difficiles. Il y a encore de l’espoir, mais ce n’est qu’une lueur. Ce seul espoir, c’est qu’ils soient parvenus à remonter à la surface après avoir gonflé leur veste de plongée. Dans ce cas, ils pourraient avoir survécu une journée à la surface de l’eau”. D’autre part, l’épave du bateau a été examinée et le couple n’y a pas été retrouvé. “Une bonne nouvelle en soi qu’ils n’y soient pas restés coincés”, essayait de se rassurer la mère de Kurt Huberecht.

Les plongeurs étaient partis à plusieurs depuis Nieuport vers les eaux françaises dans le but de visiter une épave au fond de l’eau. On ne sait pas exactement ce qui a conduit à la disparition du couple, peu après 13h30 à moins de 15 kilomètres des côtes. On sait uniquement que Nathalie et Kurt avaient plongé ensemble et que, vu qu’ils n’étaient pas remontés à la surface après un certain temps, le reste de l’équipage avait alerté les MRCC (Maritime Rescue Coordination Centres) d’Ostende. “Nous avons immédiatement enclenché le système de détection des victimes”, explique la porte-parole, Eva Descamps. Vu les courants, les plongeurs devaient à ce moment avoir dérivé vers les eaux belges, s’ils étaient bel et bien remontés à la surface. Dans le courant de la soirée de dimanche, les plongeurs de l’armée étaient arrivés en renfort. 

“Le périmètre est devenu trop grand”

Lundi matin, un hélicoptère de la marine française a survolé une dernière fois la zone, mais il a été décidé vers 11h30 d’arrêter les recherches. “Il faut rester réaliste”, déclare Eva Descamps. “Le périmètre défini sur base du courant est entre-temps devenu trop grand et une recherche par bateau n’a plus de sens. Les chances de survie sont, en outre, devenues très minces.” Nathalie Fiers a deux enfants, Kurt Huberecht a un fils.

  1. Une octogénaire décède après avoir bu du détergent en maison de retraite

    Une octogénai­re décède après avoir bu du détergent en maison de retraite

    Une dame âgée de 82 ans et atteinte de la maladie d’Alzheimer est décédée dans la nuit de vendredi à samedi à l’hôpital, après avoir bu deux verres de détergent industriel pour canalisations mardi dans une unité protégée d’un EHPAD (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) géré par la Croix-Rouge à Elbeuf en Normandie, où elle avait été placée depuis le mois d’août, relatent les médias français.