Piper PA-44, illustration
Plein écran
Piper PA-44, illustration © KGG1951

Un inconnu dérobe un avion, vole de nuit pendant 4 heures et se tue dans le crash

Le son inhabituel d'un petit avion survolant Perpignan à basse altitude a surpris autorités et habitants, avant que l'épave de l'aéronef, volé, ne soit retrouvée dans un champ, son pilote mort, selon une source proche de l'enquête.

L'accident est survenu mercredi, mais jeudi en fin de journée, les enquêteurs n'avaient pas pu identifier le pilote et voleur présumé, dont les restes gisaient près des débris de l'épave. Jusqu'ici, personne n'a réclamé le corps du pilote, aucune disparition inquiétante n'a été signalée dans les environs, aucun papier d'identité n'a été retrouvé sur les lieux. Une expertise ADN est en cours.

“La clé, c'est l'identification de la victime. On ne sait pas qui est à l'origine du vol, ni la raison pour laquelle l'avion s'est écrasé", a déclaré le procureur adjoint de Perpignan, Bruno Albouy.

Trois services d'enquête de la gendarmerie sont mobilisés, de même que le Bureau enquête accidents (BEA).

Une certitude, le pilote était expérimenté, pour décoller en pleine nuit et voler pendant 4 heures alors que des rafales de vent dépassaient 100 km/h.

Le Piper PA-44 a été dérobé chez AéroPyrénées, un centre de formation aéronautique, situé près de l'aéroport de Perpignan. Le vol s'est achevé dans un champ de Corneilla-del-Vercol, une commune située à 10 km de Perpignan. L'avion a décollé mardi vers 23 heures, sans avoir communiqué d'itinéraire de vol au contrôle aérien, et se serait écrasé mercredi vers 03h00 du matin. L'appareil n'a pas pris feu, ce qui laisse penser aux enquêteurs qu'il a pu se retrouver à court de carburant.

  1. Une ambulance néerlandaise transportant une patiente bloquée à un péage belge: “Vous devez payer comme tout le monde”

    Une ambulance néerlandai­se transpor­tant une patiente bloquée à un péage belge: “Vous devez payer comme tout le monde”

    Deux ambulanciers néerlandais ont vécu une mauvaise expérience samedi soir à l’entrée du tunnel payant de Liefkenshoek, à Anvers. Leur véhicule médical, qui transportait un patient atteint du coronavirus, s’est vu refuser l’accès. Malgré l’urgence, ils n’ont pas été autorisés à passer sans s’acquitter au préalable d’une somme de 6 euros. Surréaliste.