Plein écran
© thinkstock

Un octogénaire tue sa femme handicapée et tente de se suicider

Un homme de 85 ans a tué son épouse de 81 ans qui vivait avec lui dans une résidence pour personnes âgées de la Drôme, a-t-on appris vendredi de source judiciaire, confirmant des informations de France Bleu et du Dauphiné Libéré.

La victime, "assez lourdement handicapée", serait morte "par étouffement", a précisé le parquet de Valence, qui attend les résultats de l'autopsie pour confirmation.

L'homme a ensuite tenté de se suicider "en s'entaillant profondément, avec un couteau, au niveau des poignets et d'un pied", selon la même source. Une enquête pour homicide volontaire a été ouverte, confiée aux gendarmes.

Selon le procureur de Valence, l'homme avait laissé un écrit dans lequel il faisait part de sa volonté de tuer sa femme puis de mettre fin à ses jours.

L'enquête devra déterminer notamment si son passage à l'acte est le fruit d'une volonté commune ou non. Le courrier rédigé par l'époux l'affirme mais n'est pas signé, selon une source proche de l'enquête.

Depuis le début de l'année, au moins neuf femmes ont été tuées par leur compagnon ou ex-compagnon, selon un décompte de l'AFP qui n'inclut pas ce cas. En 2019, l'AFP a recensé au moins 126 cas, soit une femme tous les trois jours en moyenne.

  1. Macabre découverte dans une maison en France: la piste du drame familial privilégiée

    Macabre découverte dans une maison en France: la piste du drame familial privilé­giée

    Trois corps sans vie ont été découverts dans une maison de Saint-Paul-lès-Dax, en France. Les victimes sont deux quinquagénaires et leur fils, elles ont été tuées à l’arme de chasse. Selon France Bleu, le couple était séparé et l’hypothèse du drame familial est envisagée. “C’est la piste privilégiée mais ce n’est pas la piste exclusive, nous n’en sommes qu’au tout début des investigations” précise Rodolphe Jarry, procureur de Dax, à nos confrères. Le père aurait tué son ex-femme et son fils avant de retourner l’arme contre lui.
  2. “Les peines infligées sont une gifle pour toutes les victimes”, estime Child Focus
    procès pédopornographie

    “Les peines infligées sont une gifle pour toutes les victimes”, estime Child Focus

    Child Focus a réagi de manière indignée après le jugement rendu mardi dans le cadre du plus grand procès de pédopornographie jamais organisé en Belgique. L’organisation qui s’était constituée partie civile dans l’affaire afin de représenter les enfants qui n’avaient pas encore pu être identifiés a qualifié les peines infligées de “gifle en pleine figure pour toutes les victimes”.