Capture d'écran Facebook.
Plein écran
Capture d'écran Facebook. © DR

Un policier soupçonné de violences à Molenbeek mis à l’écart

Un policier de la zone Bruxelles-Ouest a été filmé par un riverain lundi soir, dans la rue du Presbytère à Molenbeek-Saint-Jean, en train d'asséner des coups de pied et de poing dans la tête d'un suspect maîtrisé et au sol, selon une information diffusée mardi par La Capitale et la RTBF et confirmée par la porte-parole de la zone de police de Bruxelles-Ouest (Molenbeek-Saint-Jean, Koekelberg, Jette, Ganshoren et Berchem-Sainte-Agathe). 

La porte-parole précise que le chef de corps a immédiatement mis le policier sur "non active", une mise à l'écart de ses fonctions en attendant que sa suspension soit étudiée par le Collège de police. La vidéo circule actuellement sur les réseaux sociaux. 

La porte-parole de la police de Bruxelles-Ouest n'a pas connaissance d'un dépôt de plainte de la part de la victime. Elle assure cependant qu'un procès-verbal pour coups et blessures va être rédigé et qu'une enquête interne sera menée. "On trouve ce type de comportement complètement inacceptable", a-t-elle fait valoir.

L'intervention de lundi soir a été menée conjointement par les polices de Bruxelles-Ouest et de Bruxelles-Ixelles. L'homme était suspecté d'avoir commis des infractions sur le territoire de Bruxelles-Ixelles. Sur la vidéo, le policier qui maîtrisait le suspect au sol a protesté quand son collègue mis en cause a commencé à porter des coups. “Calme, calme, calme, calme”, lui adresse en effet son collègue en retenant sa jambe, peut-on entendre dans la vidéo. 

“Une intervention d’une violence inacceptable”

La porte-parole de la police de Bruxelles-Ouest explique que c'est la diffusion des images qui a permis à la hiérarchie d'être informée des faits. Le chef de corps a dès lors réagi en prenant des mesures à l'encontre du policier en cause.

Ce lundi soir, la bourgmestre de Molenbeek Catherine Moureaux avait dénoncé “une intervention d’une violence inacceptable” et appelé à ce qu’une “sanction immédiate soit prise”. 

La vidéo est à voir ci-dessous.

  1. La rançon du kidnapping de l’enfant enlevé à Genk devait-elle servir à financer le terrorisme?
    Play

    La rançon du kidnapping de l’enfant enlevé à Genk de­vait-el­le servir à financer le terrorisme?

    Un garçon de 13 ans enlevé chez lui par un groupe d’hommes lourdement armés et masqués dans la nuit du lundi 20 au mardi 21 avril a été libéré cette nuit, après des négociations opérées pendant des semaines entre la famille et les ravisseurs, qui exigeaient une importante rançon (5 millions d’euros selon certains médias). Il apparaît désormais, selon plusieurs médias, que les ravisseurs sont en réalité tous liés à la mouvance salafiste et djihadiste. Il ne s’agit donc peut-être pas d’un simple règlement de comptes lié à la drogue.