Émeutes au bois de la Cambre (1er mai)
Plein écran
Émeutes au bois de la Cambre (1er mai) © Franky Verdickt

Un premier émeutier de la “Boum” devant la justice: “Le gouvernement est responsable”

Un premier émeutier de la “Boum” a comparu ce jeudi matin devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. Âgé de 23 ans, sans casier judiciaire, il est poursuivi pour “rébellion armée”. “Le gouvernement est responsable” de la situation, a contesté son avocat Mehdi Abbès. 

  1. EN IMAGES: la Boum dégénère en affrontement avec la police

    EN IMAGES: la Boum dégénère en affronte­ment avec la police

    Plusieurs dizaines de policiers, sept chevaux de la police et huit manifestants ont été blessés jeudi lors de l’évacuation du bois de la Cambre, selon le dernier bilan de la soirée donné par la porte-parole de la police de Bruxelles-Ixelles Ilse Van de keere. Il y a eu en outre 22 arrestations, dont 18 administratives et quatre judiciaires. La police locale estime qu’il y avait entre 1.500 et 2.000 personnes rassemblées au bois de la Cambre dans l’après-midi, ce qui contrevenait aux mesures sanitaires.
  2. Un rassemblement de milliers de personnes au Bois de la Cambre dégénère: 22 arrestations et plusieurs dizaines de policiers blessés
    MISE À JOUR

    Un rassemble­ment de milliers de personnes au Bois de la Cambre dégénère: 22 arrestati­ons et plusieurs dizaines de policiers blessés

    Ce jeudi, plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées au Bois de la Cambre, à Ixelles, alors que des organisateurs anonymes avaient lancé l’idée d'une fausse fête ce premier avril appelée “La Boum”. Présente en nombre, la police a invité la foule à évacuer la zone dès 17h00. De nombreuses personnes n'ont pas voulu quitter les lieux et ont jeté des bouteilles en verre vers des policiers. 22 personnes ont été arrêtées, dont 18 administratives et quatre judiciaires, selon le dernier bilan donné par la police. De plus, plusieurs dizaines de policiers et au moins 8 manifestants ont été blessés. À 22 heures, tout le monde était rentré chez soi et le calme était revenu.
  3. Le porte-parole de “La Boum 2”: “Si quelqu'un préfère mourir de la Covid plutôt que de solitude, pourquoi n’en aurait-il pas le droit?”
    Interview

    Le por­te-parole de “La Boum 2”: “Si quelqu'un préfère mourir de la Covid plutôt que de solitude, pourquoi n’en aurait-il pas le droit?”

    Le porte-parole du collectif “L’Abîme”, à l’origine de La Boum 2, a été interrogé par la police pendant des heures mardi. Les enquêteurs le soupçonnent d’organiser une milice privée et d’inciter à la violence. L’homme, remis en liberté, ne se sent pas concerné par ces accusations: “Je n’organise rien.”
  4. L’élu MR qui voulait “casser du casque” à la Boum 2 a démissionné
    Mise à jour

    L’élu MR qui voulait “casser du casque” à la Boum 2 a démission­né

    Julien Reintjens, l’élu MR de Châtelet sous le feu des critiques après avoir annoncé se rendre à La Boum 2 samedi au Bois de la Cambre pour “casser du casque” et “pique-niquer du poulet”, dément dans les colonnes de la DH avoir voulu en découdre avec la police. Le président du MR Georges-Louis Bouchez a annoncé mercredi soir que Julien Reintjens avait démissionné de ses mandats.
  5. La Boum 2: la police considère comme "légitimes" les deux interventions filmées qui faisaient polémique

    La Boum 2: la police considère comme "légitimes" les deux interventi­ons filmées qui faisaient polémique

    La zone de police Bruxelles-Capitale/Ixelles a déclaré, mardi, via un communiqué, qu'une enquête interne a été menée au sujet de deux interventions policières survenues en marge de la "Boum 2", samedi, dans le Bois de la Cambre à Bruxelles. Elle conclut que ces interventions étaient légitimes. La police a indiqué avoir mené cette enquête à la suite de la diffusion, sur les réseaux sociaux, de séquences filmées desdites interventions, qui laissaient penser que des policiers auraient commis des fautes.
  1. Aspergée de gaz lacrymogène par un policier après la Boum 2: “Le policier a perdu pied, il était hors de contrôle”

    Aspergée de gaz lacrymogè­ne par un policier après la Boum 2: “Le policier a perdu pied, il était hors de contrôle”

    Après l’évacuation du Bois de La Cambre suite à l’évènement interdit La Boum 2, la situation a complètement dégénéré dans les rues de Bruxelles. Des affrontements ont eu lieu entre forces de l’ordre et jeunes. Plusieurs vidéos d’interventions de policiers ont été diffusées sur les réseaux sociaux et font polémique. Certains témoins s’interrogent sur la violence et l’opportunité de certaines interventions. “J’avais l’impression qu’on était en guerre”, raconte Laurence, qui assisté à plusieurs scènes depuis le balcon de son appartement rue Franklin Roosevelt, à la sortie du Bois. Quant à Virginie Van Lierde, qui a été aspergée de gaz lacrymogène, elle dénonce l’attitude inacceptable des policiers à qui elle a été confrontée.