Un rond-point pris d'assaut par un cortège de mariage

Un cortège de mariage a viré au rodéo samedi dans le Hainaut, notamment dans un rond-point de Péronnes-lez-Binche, où un automobiliste a filmé la scène.

Samedi après-midi, le rond-point dit de Péronnes a été le théâtre d’un rodéo d’une quinzaine de véhicules immatriculés en France, relate Sudpresse. Des voitures issues du cortège d’un mariage belgo-marocain ont bloqué les accès (et donc causé des embarras de circulation), ont fait crisser leurs pneus ou ont même roulé sur le centre du rond-point. Plusieurs passagers étaient assis sur le rebord des fenêtres ouvertes des voitures.

Certains participants auraient en outre insulté d’autres automobilistes et jeté des objets dans leur direction. Une plainte a été déposée.

Les fous du volant avaient déjà été repérés et canalisés par la police en matinée. Ils ont finalement été interceptés et verbalisés à Haulchin, en direction de la France.

La mariée, originaire de Houdeng, et le marié, originaire de France, ont aussi été interpellés et pourraient être tenus responsables.

Plein écran
© RTL
  1. Annick, gérante belge d’agence immobilière à la Costa Brava, a été tuée par son compagnon

    Annick, gérante belge d’agence immobiliè­re à la Costa Brava, a été tuée par son compagnon

    L’identité de la ressortissante belge (65 ans) qui a été poignardée à mort mercredi par son compagnon espagnol (72 ans) à L’Escala, sur la Costa Brava, en Espagne, est connue: il s’agit de l’Anversoise Annick Chenut, 65 ans. Elle y gérait une agence immobilière depuis 40 ans. Selon les médias espagnols, il s’agit d’un meurtre lié à la sphère privée: le couple s’était séparé et se déchirait pour le titre de propriété de la maison.
  2. Trois mois de prison avec sursis pour avoir craché sur des passants
    Coronavirus

    Trois mois de prison avec sursis pour avoir craché sur des passants

    Le tribunal correctionnel de Namur a condamné jeudi Michaël S., un sans-abri qui avait craché sur des passants, à une peine de prison de 3 mois et à 50 euros d'amende, peine assortie d'un sursis d'un an. Dans son jugement, le tribunal souligne que le prévenu était en colère et agissait de façon menaçante envers les passants. Sa salive étant potentiellement dangereuse dans le contexte de l'épidémie de Covid-19, les préventions ont été déclarées établies.