Plein écran
Les jeunes aiment se mettre en scène sur les réseaux sociaux, le plus souvent armés. Il n'est cependant pas clair les armes à feu qu'ils possèdent sont réelles. © Instagram

Une bande de jeunes sème la terreur dans un village du Brabant flamand

Depuis des mois, une bande de jeunes sème la terreur à Tildonk, une section de la commune de Haacht, dans le Brabant flamand. Une mère et sa fille témoignent de l’enfer que vivent les habitants du village dans les colonnes de Het Laatste Nieuws. “Les parents n’osent plus laisser leurs enfants dans la rue”, explique Marie, la mère de la jeune Sofie (prénoms d’emprunt). 

Cette dernière a côtoyé les jeunes délinquants pendant quelques mois. “Ça a commencé par du petit vandalisme, mais depuis les grandes vacances, ça s’est vraiment intensifié”, déplore Marie. Sa fille ajoute: “La plupart d’entre eux ne vont plus à l’école. Ils traînent toujours dans la rue ou dans un bâtiment scolaire abandonné. Il y a en fait deux bandes, de quinze jeunes chacune. Certains sont de Tildonk, d’autres de villages voisins.” Leurs activités sont principalement la consommation et la vente de drogues et le vandalisme. 

Ils maltraitent également régulièrement les animaux du quartier et leur tirent dessus avec des pistolets à plomb. “Selon un ami, ils ont maintenant aussi de vraies armes à feu”, craint Sofie. “Il y a quelques semaines, l’un d’entre eux a failli mourir. Il avait beaucoup bu et pris tellement de drogues que ses pupilles étaient aussi grandes que ses yeux. Les autres l’ont l’encouragé à continuer à boire et à sniffer.” 

En accord avec leur époque, ils n’hésitent pas à se mettre en scène sur les réseaux sociaux armés ou lorsqu’ils se bagarrent entre eux. 

Plein écran
© Instagram

Une enquête est en cours

“Il y a beaucoup de petits enfants qui se promènent ici, imaginez qu’ils entrent en contact avec des drogues perdues ou oubliées... Les parents ont vraiment peur de laisser leurs enfants jouer dans la rue”, témoigne de son côté Marie. “Il y a quelques mois, ils sont entrés par effraction dans une école voisine pour tout détruire. Les dégâts ont été estimés à 30.000 euros”, ajoute-t-elle. “Leurs parents sont dos au mur”, poursuit Marie. “L’un d’eux a même poignardé son père dans la jambe avec des ciseaux.”

La zone de police de Boortmeerbeek/Haacht/Keerbergen précise à HLN qu’elle est au courant de la situation. Celle-ci dispose de toutes les photos et vidéos que les jeunes ont postées sur leurs réseaux sociaux. Des images qui doivent encore être examinées en détail et qui seront certainement très utiles à l’enquête en cours. Deux d’entre eux ont été interpellés mercredi. 

Plein écran
Ils postent également sur les réseaux des photos de pacsons de drogue sur des balances de précision. © Instagram