Plein écran
Photo d'illustration. © REUTERS

Une deuxième victime belge liée à l’e-cigarette?

Le parquet d’Anvers a ouvert une enquête judiciaire sur la mort suspecte d’un jeune homme d’une vingtaine d’années à l’hôpital Anvers Stuivenberg. Les médecins tiennent compte du fait qu’il aurait succombé à certaines substances chimiques contenues dans le liquide de sa vapoteuse. L’e-cigarette pourrait donc avoir fait une deuxième victime dans notre pays après le décès de Raphaël Pauwaert, 18 ans, de Bruxelles, en novembre dernier.

Les faits remontent à la fin du mois d’août, mais ce n’est que maintenant qu’ils sont connus. Le jeune homme d’une vingtaine d’années est décédé peu après son admission à l’hôpital. Le procureur de la République d’Anvers a confirmé qu’une enquête judiciaire était en cours, mais n’a pas voulu donner plus de détails pour l’instant.

Selon HLN, la victime avait acheté son “e-liquide” (ndlr, le remplissage pour sa cigarette électronique) via internet. Il s’agissait probablement d’une variante bon marché qui contenait des substances qui n’avaient pas été contrôlées et approuvées. Ces substances auraient causé tellement de dommages à son corps qu’il en serait mort.

Un cas début novembre

Il est donc possible qu’il s’agisse de la deuxième mort due à la cigarette électronique en Belgique. Le 6 novembre, Raphaël Pauwaert, 18 ans, de Bruxelles, est également décédé à l’hôpital après avoir vapoté un appareil chargé en CBD, un composé non psychoactif du cannabis. Le professeur Luc-Marie Jacquet, qui a soigné Raphaël, y voit l’explication la plus logique de sa mort. 

Dans un premier temps, le ministère public n’a pas réagi parce qu’une infraction pénale n’a pas été commise directement. Mais un rapport officiel du SPF Santé publique a changé la donne. Après la nouvelle du décès, le ministère de la santé a contacté les médecins de la victime, a rédigé un procès verbal avec ses conclusions et a remis le tout au parquet.

  1. Le permis du camionneur qui a renversé Celio retiré, le message poignant de l’école
    Play

    Le permis du camionneur qui a renversé Celio retiré, le message poignant de l’école

    Après la mort de Celio, 11 ans, mortellement renversé par un camion sur le chemin de l’école à Alost, le permis du chauffeur lui a été retiré pour quinze jours, confirme le parquet de Flandre orientale. Cela ne met pas en cause le conducteur de poids-lourds pour autant, car la mesure est automatique en cas d’accident mortel. Le conducteur n’était pas sous influence lors de l’accident mais, sous le choc, il a dû être pris en charge.