Photo d'illustration.
Plein écran
Photo d'illustration.

Une femme arrêtée après avoir craché sur un chauffeur de bus

MalinesUne femme de 38 ans a été arrêtée ce jeudi soir après avoir craché en direction d’un chauffeur de bus de la société de transport De Lijn à Malines.

La police de Malines-Willebroek a été appelée jeudi soir vers 21 heures pour une agression sur un chauffeur de bus. “Pendant son attente à la gare, le chauffeur était descendu du bus à cause de la chaleur”, a rapporté la section de Malines du parquet d’Anvers. “Ensuite, une femme a commencé à crier sur le chauffeur pour des raisons personnelles. Quand l’homme a demandé à plusieurs reprises de s’arrêter, la femme lui a craché dessus”.

Après l’arrivée de la police, la femme a été interpellée et emmenée au poste de police. Elle a ensuite été amenée devant le juge d’instruction. “Le ministère public d’Anvers prend des mesures sévères contre les personnes qui, pendant cette crise du coronavirus, toussent, éternuent ou crachent volontairement sur les policiers et autres civils. Ce comportement est extrêmement antisocial et totalement inacceptable”, a conclu le procureur.

  1. Kidnapping à Genk: “L'implication possible de musulmans radicalisés, une évolution inquiétante”

    Kidnapping à Genk: “L'implica­ti­on possible de musulmans radica­lisés, une évolution inquiétan­te”

    L'implication présumée de Khalid Bouloudo, âgé de 45 ans et originaire de Maaseik, dans l'enlèvement et la séquéstration d'un garçon de 13 ans de Genk, est jugée "surprenante" par l'expert en terrorisme Pieter Van Ostaeyen. "Nous ne savons pas quel était le motif de l'enlèvement ou ce qui se cache derrière, mais l'implication possible de musulmans radicalisés constitue une évolution inquiétante selon moi. (...) Il s'agit de la première résurgence depuis des années dans le milieu extrémiste musulman.”
  2. La rançon du kidnapping de l’enfant enlevé à Genk devait-elle servir à financer le terrorisme?
    Play

    La rançon du kidnapping de l’enfant enlevé à Genk de­vait-el­le servir à financer le terrorisme?

    Un garçon de 13 ans enlevé chez lui par un groupe d’hommes lourdement armés et masqués dans la nuit du lundi 20 au mardi 21 avril a été libéré cette nuit, après des négociations opérées pendant des semaines entre la famille et les ravisseurs, qui exigeaient une importante rançon (5 millions d’euros selon certains médias). Il apparaît désormais, selon plusieurs médias, que les ravisseurs sont en réalité tous liés à la mouvance salafiste et djihadiste. Il ne s’agit donc peut-être pas d’un simple règlement de comptes lié à la drogue.