Plein écran
© Getty Images/iStockphoto

Une femme jugée pour avoir tué son fils autiste à Nancy

FRANCEUne femme de 42 ans est jugée à partir de lundi par la cour d'assises, à Nancy, pour avoir poignardé à plusieurs reprises son fils autiste âgé de 14 ans en septembre 2016 à Landres (Meurthe-et-Moselle).

  1. Cinq ans de prison pour avoir abusé de sa propre fille

    Cinq ans de prison pour avoir abusé de sa propre fille

    Un homme de 38 ans, originaire de Tessenderlo (Limbourg), a été condamné lundi à cinq ans de prison par le tribunal correctionnel de Hasselt pour avoir abusé de sa propre fille pendant des années. Il écope aussi de cinq ans de probation. L'homme a avoué avoir abusé de sa fille jusqu'à ses 13 ans, les sévices ayant commencé lorsqu'elle avait 3 ou 4 ans. Il a été déchu de ses droits civiques et ne peut plus être en contact avec des mineurs.
  2. Le Carolo Henri Golan ne rira plus, il a perdu la vie

    Le Carolo Henri Golan ne rira plus, il a perdu la vie

    Henri Golan, de son vrai nom Willy Dehaibe, est un auteur, compositeur, interprète et fantaisiste carolo. Passionné de musique, il privilégiait les textes en dialecte wallon de Charleroi même s’il écrivait également en français. Son plus grand succès était sans conteste “Em’ vî mononke est cyclo” (en français: “Mon vieil oncle est cyclotouriste”). Il a également présenté les spectacles de grandes stars de la chanson telles que Claude François, Rika Zaraï, Sacha Distel, Dalida, Jacques Dutronc ou encore Annie Cordy.
  1. Professeur décapité près de Paris après avoir montré des caricatures de Mahomet: 10 gardes à vue dont deux parents d’élèves
    Mise à jour

    Professeur décapité près de Paris après avoir montré des caricatu­res de Mahomet: 10 gardes à vue dont deux parents d’élèves

    Un professeur a été décapité ce vendredi, en fin d’après-midi, à Conflans-Saint-Honorine (Yvelines). Son agresseur présumé, un Tchétchène de 18 ans, a été abattu par la police dans la ville voisine d’Eragny (Val-d’Oise), relate l’AFP. Il a succombé à ses blessures. Quatre personnes de l’entourage familial de l’assaillant, dont un mineur, ont rapidement été placées en garde à vue après les faits. Cinq autres ont ensuite interpellées plus tard dans la nuit, dont un parent d’élève heurté par des caricatures de Mahomet présentées en classe à titre explicatif. Une nouvelle personne a été placée en garde à vue samedi dans le cadre de l’enquête. L’Élysée a indiqué samedi qu’un “hommage national” serait rendu à l’enseignant.