Plein écran
La petite fille était régulièrement envoyée par sa mère pour lui acheter du cannabis. (illustration) © Getty Images/iStockphoto

Une fillette de sept ans achetait de la drogue pour sa mère

FranceUne mère de famille de 28 ans a été interpellée lundi soir à Mulhouse (Haut-Rhin) pour avoir envoyé à plusieurs reprises sa fille de sept ans lui acheter de la résine de cannabis, a-t-on appris mardi auprès de la police.

Ce sont des agents de la brigade anti-criminalité (BAC) de Mulhouse, alors en intervention à proximité, qui ont aperçu l'enfant dans le hall d'un immeuble, au milieu des acheteurs de drogue, selon la même source.

Conduite sans permis

La mère et la grand-mère de la fillette, 55 ans, attendaient près du hall dans une voiture. Elles ont été interpellées, selon la même source qui a précisé que la grand-mère, qui était au volant, conduisait sans permis.
Le vendeur de drogue, également interpellé, a confirmé aux policiers que la fillette était régulièrement envoyée pour lui acheter du cannabis.

Les deux femmes ont été relâchées à l'issue de leur garde à vue.

La mère renvoyée devant le tribunal correctionnel

La mère sera jugée le 10 mai devant le tribunal correctionnel de Mulhouse pour provocation de mineur de moins de 15 ans à la détention ou au transport de stupéfiant, a-t-on indiqué.

Quant à l'absence de permis de la grand-mère, c'est le bureau des accidents et des délits routiers qui décidera des suites judiciaires. Une enquête sera par ailleurs menée par la brigade des mineurs sur la famille, a-t-on ajouté.

  1. Le dénonciateur de l'assassin de Julie Van Espen condamné pour un vol à main armée

    Le dénoncia­teur de l'assassin de Julie Van Espen condamné pour un vol à main armée

    L'homme qui avait mis les enquêteurs sur la piste de l'assassin de Julie Van Espen a été condamné lundi par le tribunal correctionnel de Louvain à une peine de travaux d'intérêt général de 220 heures pour un vol à main armée. Avec un couteau, A.A. avait menacé un trafiquant de drogue dans sa maison de Haacht au cours de l'été 2016. Le ministère public avait requis trois ans de prison contre le prévenu.