Plein écran
Photo d'illustration. © photo_news

Vingt-huit coqs de combat saisis à Hoeselt euthanasiés

Vingt-huit coqs de combat ont été saisis samedi à Hoeselt (Limbourg) par le Centre d'accueil pour les oiseaux et mammifères (VZOC) à Heusden-Zolder. Les animaux ont dû être euthanasiés. "En temps normal, nous cherchons une nouvelle maison pour nos pensionnaires mais cela est presque impossible pour des coqs de combat. Soit parce qu'ils font souffrir d'autres animaux, soit parce qu'ils souffrent eux-mêmes", explique lundi Rudi Oyen du refuge limbourgeois.

La police locale a découvert samedi soir, derrière une ferme isolée, un terrain pour des combats de coqs illégaux. Quinze à vingt voitures étaient garées sur le parking à proximité et tous les automobilistes se sont enfuis. Ils ont laissé les oiseaux derrière eux.

Le VZOC a saisi l'an dernier 125 coqs de combat, qui avaient également dû être euthanasiés. Des refuges peuvent être trouvés pour les poules et les jeunes.

L'association de défense des droits des animaux Gaia a déposé une plainte. "Bien que de moins en moins de coqs de combat apparaissent, il s'agit d'un phénomène difficile à éradiquer. Visiblement pour certains, l'envie de sang et la cruauté sont plus fortes que le respect de la loi", dénonce Gaia, alors que les combats d'animaux sont interdits depuis 1929. L'organisation se porte partie civile contre les organisateurs des combats. 

  1. De 10 à 15 ans de prison requis contre les cinq prévenus
    procès pédopornographie

    De 10 à 15 ans de prison requis contre les cinq prévenus

    Une deuxième journée est prévue au procès pour pédopornographie, devant le tribunal correctionnel de Termonde. La prochaine audience aura lieu le 11 février à 14h00. Le jugement est attendu au plus tôt le 10 mars. Le tribunal a requis la présence de l’un des prévenus, Dimitry D., à la prochaine audience. Celui-ci était effectivement absent vendredi, ce qui n’a pas plu à la juge. Le parquet a requis entre 10 et 15 ans de prison à l’encontre des cinq prévenus.
  2. Cinq hommes et sept femmes pour juger le meurtre du Decathlon d'Anderlecht

    Cinq hommes et sept femmes pour juger le meurtre du Decathlon d'Ander­lecht

    La cour d'assises de Bruxelles-Capitale, délocalisée en Brabant wallon, s'est réunie vendredi à Nivelles pour désigner le jury qui, à partir du jeudi 30 janvier, planchera sur un dossier du meurtre commis sur le site du magasin Decathlon d'Anderlecht dans la nuit du 5 au 6 juin 2016. L'accusé, G., 21 ans, originaire de Court-Saint-Etienne, était mineur d'âge au moment des faits. Il est poursuivi pour le viol et le meurtre d'une jeune fille âgée de 17 ans et demi dont le corps avait été découvert dénudé, en contrebas du toit du magasin Decathlon d'Anderlecht, quelques heures après les faits.