Plein écran
La camionnette du couple a été abandonnée sur un site désaffecté © DR

“Vous ne nous verrez plus jamais”: le message inquiétant laissé par le couple à ses enfants

La justice explore toutes les pistes pour la disparition de Shuyaat Yawary, 40 ans, et sa compagne Kauhsar Hussain, 38 ans, disparus dans la région de Charleroi depuis le 26 décembre 2019. La police n’exclut pas la possibilité que le couple d’origine afghane ne soit plus en vie. À sa fille aînée restée à la maison, le père aurait dit: “Vous ne nous reverrez plus jamais” avant de la laisser avec ses frères et soeurs. Une information confirmée par le parquet de Charleroi à HLN. 

“Nous n’excluons aucune piste, pas non plus celle de leur mort”, confirme le parquet à HLN au lendemain de la diffusion d’un avis de recherche pour le couple qui ne donne plus signe de vie depuis trois semaines. Le couple a quitté son domicile de la rue de la Station à Carnières (Morlanwez) entre minuit et 6 heures du matin le 26 décembre, après une période de fréquentes disputes.

Sambre sondée

Il se serait déplacé, probablement vers 4 heures du matin, à bord d’une VW Transporter immatriculée 1-CNZ-869. Le véhicule utilitaire a été retrouvé deux heures plus tard sur un site désaffecté, rue de Montigny à Charleroi, en bordure de Sambre. Des riverains en ont averti la police. 

Les portières de la camionnette étaient ouvertes et le moteur tournait toujours, sans personne à bord. Une chaussure de femme a été retrouvée à proximité du véhicule, mais rien n’indique que ce dernier ait été volé. Des plongeurs ont sondé la Sambre à la recherche de corps, sans succès.

Traces de sang

Avant son départ, le père s’est adressé à sa fille aînée en des termes très interpellants: “Vous ne nous reverrez plus jamais”. Des propos confirmés par le parquet. Plus inquiétant encore, selon Sudpresse, des traces de sang ont été retrouvées à la fois dans l’appartement familial mais aussi dans la VW abandonnée, ce que le parquet refuse pour l’instant de confirmer. 

Drame familial ou meurtre dans un contexte criminel, nul ne sait. “Nous restons ouverts à toutes les pistes pour l’instant”, balaie le parquet qui reconnaît craindre que le couple ne soit plus en vie. Ni le père ni la mère de famille n’étaient connus de la justice pour des délits. Il n'y a aucun élément qui renvoie à la piste terroriste ou un départ à l’étranger. 

Continuer l’école

Les six enfants du couple ont été recueillis par la sœur du père. “Nous essayons de maintenir leur vie à la normale, notamment en les envoyant à l’école”, ont-ils expliqué. 

Si vous avez des informations ou avez vu le couple, vous êtes priés de prendre contact avec les enquêteurs au numéro gratuit 0800 30 300. La police peut également être jointe par mail: avisderecherche@police.belgium.eu

  1. De 10 à 15 ans de prison requis contre les cinq prévenus
    procès pédopornographie

    De 10 à 15 ans de prison requis contre les cinq prévenus

    Une deuxième journée est prévue au procès pour pédopornographie, devant le tribunal correctionnel de Termonde. La prochaine audience aura lieu le 11 février à 14h00. Le jugement est attendu au plus tôt le 10 mars. Le tribunal a requis la présence de l’un des prévenus, Dimitry D., à la prochaine audience. Celui-ci était effectivement absent vendredi, ce qui n’a pas plu à la juge. Le parquet a requis entre 10 et 15 ans de prison à l’encontre des cinq prévenus.
  2. Cinq hommes et sept femmes pour juger le meurtre du Decathlon d'Anderlecht

    Cinq hommes et sept femmes pour juger le meurtre du Decathlon d'Ander­lecht

    La cour d'assises de Bruxelles-Capitale, délocalisée en Brabant wallon, s'est réunie vendredi à Nivelles pour désigner le jury qui, à partir du jeudi 30 janvier, planchera sur un dossier du meurtre commis sur le site du magasin Decathlon d'Anderlecht dans la nuit du 5 au 6 juin 2016. L'accusé, G., 21 ans, originaire de Court-Saint-Etienne, était mineur d'âge au moment des faits. Il est poursuivi pour le viol et le meurtre d'une jeune fille âgée de 17 ans et demi dont le corps avait été découvert dénudé, en contrebas du toit du magasin Decathlon d'Anderlecht, quelques heures après les faits.