Plein écran
© Théophile et Patachou

25 ans de rêve éveillé chez Théophile et Patachou

C’était il y a 25 ans. Isabelle Thys et Didier Melotte lançaient Théophile et Patachou en Belgique, une marque de mode durable pour les futurs ou jeunes parents. Du prêt-à-porter fait de matières nobles, du mobilier solide et intemporel: dans la boutique du numéro 132 de l’avenue Louise ou en ligne, on vit un rêve éveillé en confectionnant le trousseau de l’enfant à venir.

Isabelle Thys nous explique que chez Théophile et Patachou, les collections évoluent et s’adaptent au temps qui passe. Une chose reste constante: “On recherche toujours le raffinement, le petit détail qui fait la différence.”

À l’heure où la mauvaise qualité de la fast fashion commence à dégoûter les gens, on note un retour au besoin de “qualité”. Théophile et Patachou joue sur du classique. “Pour acheter bien, achetons des pièces de bonne qualité. Nos clients sont par exemple ravis de nos couvertures en cachemire. On la transmet à la génération suivante, elle ne bouge pas malgré les lavages. On consomme en pleine conscience.”

La chambre d’enfant signée Théophile et Patachou.
Plein écran
La chambre d’enfant signée Théophile et Patachou. © Théophile et Patachou

La bonne qualité des produits fait évidemment grimper les prix. “On est plus cher que Jacadi ou Zara Home mais c’est comme une voiture ou un sac: ça dépend ce qu’on attend de ce qu’on achète. C’est comme un mariage: il y a des petits et des gros budgets.” Isabelle le jure: “Ce n’est pas cher pour ce que c’est. Chez nous, on en a pour notre argent.”

Plein écran
© Théophile et Patachou

Les parents qui poussent la porte de Théophile et Patachou veulent “du confort et de la chaleur”. “On sent que le monde est brutal. Les parents ont envie d’offrir un cocon à leur enfant. Ils veulent de la douceur.” La première poussette proposée par la marque répond d'ailleurs bien à la demande. “La coque ressemble à un oeuf. C’est rond, léger, sécurisant. L’intérieur est capitonné, c’est très confortable pour le bébé.” À découvrir en boutique ou en ligne.

Plein écran
© Théophile et Patachou
  1. Des YouTubeurs vivement critiqués après avoir abandonné leur fils adoptif atteint d’autisme

    Des YouTubeurs vivement critiqués après avoir abandonné leur fils adoptif atteint d’autisme

    Myka Stauffer et son mari James, deux Youtubeurs américains, ont créé la polémique en annonçant dans une vidéo qu’ils avaient renoncé à l’adoption de leur fils Huxley, 4 ans, qu’ils avaient accueilli dans leur famille en 2017. Le couple a expliqué que le petit garçon, qui est autiste, nécessite des soins particuliers qu’il est incapable de lui fournir. Depuis, de nombreux internautes partagent leur incompréhension sur les réseaux sociaux et accusent Myka et James d’avoir exploité l’adoption d’Huxley.