Plein écran
© getty

Apprendre l'anglais à un enfant: ce que j'ai testé, ce qui a fonctionné

BlogNotre journaliste Déborah Laurent est installée en Californie une grande partie de l'année. L'occasion pour 7sur7 de vous fournir l'information la plus rapide et la plus complète possible (merci le décalage horaire!). Et l'occasion pour elle de constater les différences culturelles impressionnantes avec notre plat pays et d'apprendre à vivre en famille loin de tous. Elle en parle sur son blog personnel Sea You Son (et sur Instagram ici et Facebook ici). Nous vous proposerons chaque mardi l'un de ses articles de blog ici.

Comment apprendre l'anglais à un enfant? Je pense qu'après un an et demi sur le sol américain, je peux enfin vous en parler. On s'est installé en Californie en juillet 2017, Ezra avait 18 mois. Depuis, l'école est passée pour là. Je vous donne les petits trucs qu'on utilise pour pousser, stimuler et entretenir son apprentissage. Rien de fondamentalement original mais du pratique, efficace.

Entre nous
On parle français. Mais anglais dès qu'on est en contact avec l'extérieur. On ne veut pas s'isoler et on veut qu'Ezra prenne le pli. Après, on ne s'est pas posé plus de questions que ça sur la manière de fonctionner. C'est venu spontanément. Dès qu'on est arrivés ici, on lui a appris les mots de politesse élémentaires. "Hi, hello, good morning, bye, thank you". Il a pris exemple sur nous, sans effort. Et quand il oublie, on le reprend gentiment mais fermement. On n'a pas vraiment imposé de routine bilingue mais on mélange naturellement l'anglais et le français. Je lui parle les deux langues selon l'humeur. J'utilise des expressions du quotidien qui reviennent souvent, afin de les lui faire assimiler facilement. "Come on, hurry up, take off your clothes, it's time to go to bed..."

Le jeu, avant tout

Le jeu est vraiment hyper important pour l'apprentissage de la langue pour les petits. Donc j'évite le côté scolaire, je lui préfère le ludique. Ezra est fan de petites voitures depuis toujours et l'anglais s'est invité sous notre toit via les petites Tut Tut Bolides de VTech. Ce sont des petites voitures qui parlent et qui font de la musique. On en avait déjà quelques-unes en français, on a simplement décidé d'en acheter d'autres en anglais. Elles débitent plein de petites expressions, elles font des rimes, elles fredonnent des airs connus et à force de les entendre, ça rentre tout seul.

Les voitures sont solides et non, il n'y a pas moyen de régler le son. Le truc top: quand vous achetez des circuits Tut Tut Bolides, les petites voitures se déclenchent automatiquement via des capteurs. Devant la pompe à essence par exemple, elles vont s'exclamer qu'il est temps de faire le plein. C'est très interactif. Ezra joue avec depuis qu'il est tout petit et il les aime toujours autant. D'autant qu'à 3 ans, il peut faire et défaire les circuits à sa guise...

Ici, la voiture de course et son propulseur, 15 euros.

Plein écran
© DR

Et là, le set de voitures d'urgence, 39 euros.

Plein écran
© DR

La télévision

La télévision n'est pas mon ennemie. Quand je sais qu'Ezra regarde des programmes adaptés à son âge qui lui permettent d'assimiler du vocabulaire, je ne vois pas où est le souci. Ici, on ne regarde pas Pat Patrouille mais Paw Patrol et on ne regarde pas La Maison de Mickey mais Mickey Mouse Clubhouse. Toy Story, il le regarde en français et en anglais et il répète donc à l'envi "Vers l'infini et au-delà" ou bien, selon l'humeur "To infinity and beyond". D'ailleurs, Père Noël lui a apporté la figurine parlante de Buzz qui répète plein de phrases en anglais toute la journée.

Au départ, quand je lui mettais une version en anglais, je me disais "le pauvre, il ne va rien comprendre alors qu'il regarde un dessin animé pour se détendre". Mais ça, ce sont vraiment des inquiétudes de parents. Enfin... Ce sont des inquiétudes qu'on a personnellement quand on regarde une série ou un film en VO. L'enfant, lui, s'en fout royalement, croyez-moi.

Parmi les programmes super cool pour les petits, je vous conseille les Little Baby Bum. C'est assez hypnotisant et pas idiot du tout. Comprenez par là que ce n'est pas seulement répétitif mais aussi instructif. Ezra a appris les formes et leurs noms en anglais (square, circle, triangle, star...) par ce biais-là. Il a aussi bien assimilé les chiffres. C'est l'un des premiers programmes télé qu'il a regardés en anglais et tant mieux: quasi toutes les chansons sont en fait de grands classiques de comptines pour les mômes ici.

Je vous montre un extrait ci-dessous et dans la suite de l'article sur le blog, je vous fais une liste de petits livres en anglais à lire à votre enfant avant qu'il aille se coucher. Avant de dormir, c'est le meilleur moment pour que ça rentre...

  1. Faut-il une loi pour interdire la fessée? L’avis des experts

    Faut-il une loi pour interdire la fessée? L’avis des experts

    Si aujourd’hui, tout le monde s’accorde pour dire qu’un enseignant ne doit jamais lever la main sur un enfant, la fessée à la maison gravite dans un flou artistique qui met bien des parents mal à l’aise. Nombreux sont ceux qui ont encore le réflexe de taper sur les doigts, les fesses voire la joue de leur enfant lorsque celui-ci est ingérable. Mais à ne pas accepter ce geste venant d’un proche. En France, la question de la fessée éducative fait débat depuis longtemps et en Belgique, on commence à murmurer qu’il convient de l’interdire. Entre pulsion honteuse et “ça remet les idées en place”, où vous situez-vous?
  2. Elle photographie sa fille soutenant son petit frère en pleine chimio
    Play

    Elle photograp­hie sa fille soutenant son petit frère en pleine chimio

    Une mère de Princeton, au Texas, partage sur Facebook plusieurs clichés de moments d’intimité familiale. Sur ceux-ci, on voit comment la famille endure avec Beckett, le cadet de quatre ans, sa maladie. Le petit garçon a été diagnostiqué en avril 2018: une leucémie lymphoïde chronique qui touche les cellules du sang produites par la moelle osseuse. Sur l’une des images, on voit sa sœur aînée, à peine plus grande que lui, le soutenir durant la chimiothérapie.
  3. Les questions à poser à votre enfant à son retour de l'école
    Blog

    Les questions à poser à votre enfant à son retour de l'école

    Notre journaliste Déborah Laurent est installée en Californie une grande partie de l’année. L’occasion pour 7sur7 de vous fournir l’information la plus rapide et la plus complète possible (merci le décalage horaire!). Et l’occasion pour elle de constater les différences culturelles impressionnantes avec notre plat pays et d’apprendre à vivre en famille loin de tous. Elle en parle sur son blog personnel Sea You Son (et sur Instagram ici et Facebook ici). Nous vous proposerons chaque mardi l’un de ses articles de blog ici.